WALL STREET – Epargnant 3.0

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Lorsque l’on parle de Wall Street, on parle de la bourse américaine. Mais c’est aussi une rue, voire un quartier de New York.

Dans cet article vous
apprendrez notamment que l’origine du mot Wall Street n’est pas uniquement liée
à un mur, et qu’il existe d’autres bourses que la bourse de New York aux États-Unis.

Table des matières
masquer

La rue et le quartier de
Wall Street à New York

La rue est située au sud
de l’île de Manhattan à New York.

Les deux origines du nom

Wall Street peut être
traduit de l’anglais par “rue du mur”. En effet, les colons hollandais avaient
construit au XVIIe siècle un mur d’enceinte (en bois) pour se protéger des
Indiens. Ce mur fut consolidé par les Anglais suite à la prise de la ville en
1664 puis détruit en 1699.

Cependant, il y a une
autre explication. L’origine du nom de la rue vient aussi mot “wall” (mur),
mais du mot “Wallon” (Waal en néerlandais), soit les Belges francophones. En
effet, à l’époque New York était néerlandaise, s’appelait la Nouvelle
Amsterdam, et les colons étaient en grande partie des Belges francophones. La
rue s’appelait donc « De Waal Straat ».

L’installation de la bourse et du quartier des
affaires (Financial District)

Wall Street a été depuis le XVIIe siècle un endroit important pour le négoce, notamment d’esclaves. Puis à la fin du XVIIIe siècle, “l’accord de Buttonwood”, du nom d’un platane situé sur Wall Street, a organisé la façon dont les courtiers pouvaient négocier les actions en entre eux. C’est la naissance de la bourse américaine. Elle sera nommée en 1817 « New York Stock & Exchange Board » puis « New York Stock Exchange » (NYSE), son nom actuel en 1863. Le NYSE s’est installé dans son bâtiment actuel en 1903.

Le NYSE fusionne avec la bourse européenne Euronext en 2006, puis se sépare en 2014 suite au rachat par le groupe ICE (Intercontinental Stock Exchange).

De nombreuses institutions financières se sont
installées autour de Wall Street. C’est pour cette raison que l’on appelle le
sud de Manhattan le “Financial District”.

Wall Street : la bourse
américaine ou seulement celle de New York ?

On assimile souvent Wall
Street avec le NYSE. Cependant, le NYSE n’est pas l’unique bourse de valeurs
située aux États-Unis.

Le NYSE est la plus
grande place boursière américaine avec plus de 2300 sociétés cotées pour une
capitalisation boursière de 23 000 milliards de dollars.

Cependant, plus de 3000 sociétés sont cotées sur le NASDAQ. La capitalisation totale de toutes ces sociétés est deux fois inférieure à celle du NYSE.

Nous pouvons aussi citer
la bourse NYSE American, qui s’appelait l’American Stock Exchange (AMEX) avant
son rachat par le NYSE.

Le CBOE (Chicago Board Options Exchange) est à l’origine une bourse de produits dérivés basée à Chicago. C’est notamment le CBOE qui publie le célèbre indice VIX, que l’on appelle communément l’indice de peur des marchés. L’entreprise s’est largement développée. Elle a racheté la bourse BATS Global Markets, et est donc devenue un acteur significatif dans la négociation d’actions.

Il faut noter qu’à peu près un tiers des échanges d’actions est réalisé en dehors de la bourse, c’est à dire de gré à gré ou “Over The Counter” (OTC) en anglais.

Aussi, ici nous avons
parlé de la négociation des actions, mais les bourses (et d’autres bourses que
celles citées) permettent de négocier d’autres types de valeurs mobilières
telles que les obligations ou les produits dérivés.

Le Wall Street Journal

Le Wall Street Journal a été fondé le 8 juillet 1889 par Charles Dow, Edward Jones et Charles Bergstresser. Il a grandement aidé à populariser Wall Street, notamment en créant l’indice Dow Jones dès 1896. Le journal a gagné 37 prix Pulitzer grâce à la qualité de sa rédaction.

Le quotidien est tiré aux États-Unis à plus d’1 million d’exemplaires et bien plus si l’on compte les versions digitales. En comparaison, le journal “Le Monde” est tiré à 300 000 exemplaires.

Wall Street : les films

Il y a eu de nombreux
films sur ma bourse, mais concentrons-nous sur ceux dont les titres contiennent
le mot “Wall Street”.

Wall Street, sorti en 1987 et dirigé par Oliver Stone, raconte les aventures d’un jeune trader séduit par le talent un investisseur de renom et sans foi ni loi, Gordon Gekko. Michael Douglas a gagné l’Oscar du Meilleur Acteur pour l’interprétation de Gordon Gekko.

Oliver Stone a sorti la suite “Wall Street : l’argent ne dort jamais” en 2010. Michael Douglas joue à nouveau le rôle de Gordon Gekko. On y parle comme dans le premier volet de délit d’initié.

Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese, et avec Leonardo diCaprio est sorti en 2013. C’est un film sur les excès de Wall Street dans les années quatre-vingt… et bien sûr d’arnaques de grande ampleur.

Wall Street et les Épargnants 3.0 : la bourse américaine est au cœur de la finance mondiale

La bourse américaine est
le coeur du système boursier mondial. Il représente aujourd’hui plus de la
moitié de la capitalisation boursière mondiale, alors que les États-Unis
représentent uniquement 27 % du PIB mondial.

Il n’est donc pas
possible de passer à côté de la bourse américaine.

Il est tout à fait possible d’acheter des actions en direct sur les bourses américaines. Les prix des courtiers français pour les ordres aux États-Unis sont bien supérieurs à ceux pratiqués sur la bourse de Paris, Euronext.

Un moyen simple et performant pour s’exposer à la bourse américaine est donc d’utiliser des ETF (Exchange Traded Funds) cotés sur la bourse Euronext Paris. On pourra utiliser des ETF suivant l’indice S&P 500 par exemple. C’est ce que l’on appelle la gestion passive, et c’est un excellent moyen d’avoir une très bonne performance en bourse.

Je vous souhaite le
meilleur pour votre épargne et surtout pour tout le reste.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif