Voici la station de ski où les prix de l’immobilier sont les moins chers de France – Le Parisien

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

« On est une famille qui accueillons d’autres familles. » Bénédicte Thalheim, trentenaire, est la quatrième génération du clan Luttenbacher, à la tête du domaine de Rouge Gazon, sur la commune de Saint-Maurice-sur-Moselle, à 1100 m d’altitude, auquel on accède après onze kilomètres de montée à travers les forêts de sapins. « Au départ, dans les années 1930, c’était une ferme d’alpage qui accueillait des randonneurs. Ensuite, mon grand-père a voulu pouvoir y faire du ski. »

Cette impression d’être « au bout du monde » vantée par la patronne, c’est l’atout majeur du domaine qui s’étend sur un site classé Natura 2000. « Nous sommes au milieu des circuits de randonnée, on a le GR5 qui passe juste à côté », ajoute Thibaut, le mari de Bénédicte. Les marcheurs sont d’ailleurs le vivier de la clientèle de Rouge Gazon, ce que confirme le maire Thierry Rigollet. « Toute l’année, nous accueillons des promeneurs amoureux de la nature et des grands espaces. En hiver, neige ou pas neige, ce ne sont pas des férus de ski qui viennent. »

Plutôt donc des groupes et des familles à la recherche de calme souhaitant profiter du relief et du magnifique panorama de la vallée des Charbonniers où « sur 90% du territoire, c’est de la forêt », précise l’édile. « Pour des courts ou longs séjours, les vacanciers font deux à quatre heures de route et logent aussi dans les gîtes qui se multiplient en contrebas. » Ensuite, il leur suffit de prendre la navette des neiges à 1 euro qui les conduit du bas de la commune jusqu’au domaine.

« Les clients voulant s’établir dans le massif pour faire du locatif ou avoir une résidence secondaire s’intéressent d’abord à Gérardmer ou La Bresse qui sont les têtes de gondole, des villes très prisées où la demande est forte et où les prix ne cessent d’augmenter. Ils constatent rapidement que cela ne rentre pas dans leur budget. En s’éloignant d’une trentaine de kilomètres, ils se rabattent donc ici. Pour le prix d’un appartement à Gérardmer, il est possible d’avoir une maison à partir de 150000 euros. Et en prime, il y a moins d’affluence », détaille Stéphanie Besson, responsable de l’agence Imaj immobilier.

Dans cette commune de 1440 habitants à la lisière des départements de la Haute-Saône et du Haut-Rhin, pas de grande résidence avec des studios ou appartements. Dans cette vallée désindustrialisée qui a longtemps vécu du textile, l’offre se compose essentiellement d’habitations à rénover. « Contrairement aux autres stations, il n’y a pas beaucoup d’appartements. D’ailleurs, même s’il y en avait davantage, ce n’est pas ce que les gens recherchent. Ici, ils viennent pour un bien individuel avec de l’espace, sans la copropriété.»

Chaque matin, l’actualité vue par Le Parisien

Votre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales. En savoir plus

Prochainement, un lotissement d’une quinzaine de maisons, destinées à des locations touristiques, sortira de terre « car il y a de la demande », confirme le maire. « Le prix du mètre carré constructible est environ à 20 euros mais il évolue doucement vers les 30 euros. » Peu plébiscité, ce petit coin des Vosges aux atouts indéniables, cherche à développer son attractivité. « Cette quiétude, c’est véritablement ce qu’on a à vendre », assure Thierry Rigollet.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif