Virement instantané : les banques qui l’offrent… et celles qui le font payer

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Un transfert des fonds effectif (et irréversible) en moins de trente secondes, quand il fallait jusqu’ici patienter en moyenne 24 heures, si ce n’est trois jours, pour peu que l’opération ait été déclenchée un vendredi… Même si plusieurs banques, comme le Crédit agricole, LCL ou Orange Bank, ne proposent pas encore cette fonctionnalité, il y a fort à parier que le virement bancaire instantané, autorisé depuis fin 2018, supplantera rapidement le virement standard, du moins pour les petits montants. Au point que les clients se demanderont bientôt comment ils faisaient avant.
L’avantage
Avec ce type de virement bancaire, le bénéficiaire est aussitôt payé, pour peu que sa banque ait elle-même activé le service “réception” du paiement instantané. Et votre débit est, lui, enregistré tout aussi vite, ce qui facilite la tenue de comptes. Plus besoin non plus de se poser la question du meilleur jour pour déclencher l’opération, le virement instantané fonctionnant 24 heures sur 24 ! Quelques bémols toutefois : cette solution ne s’applique qu’aux virements ponctuels, et pas permanents. Quant aux plafonds, pour des raisons de sécurité, ils sont encore bas.
>> Notre service – Économisez jusqu’à 300 euros par an en testant notre comparateur de Tarifs Bancaires
C’est ainsi que de nombreuses banques cantonnent le service à un seul virement instantané par jour, dans une limite de 500 à 1000 euros parfois. En complément, vous pourrez recourir à un service tout aussi rapide, réservé aux paiements entre particuliers : le virement par SMS, que proposent via leurs applications des spécialistes comme Lydia, Paylib, Lyf Pay ou Compte Max. Ce système évite à l’émetteur la fastidieuse saisie de l’Iban du bénéficiaire. Mais il impose des plafonds d’opération, là aussi, faibles (250 euros par mois maximum chez Lydia).
Les inconvénients
Comme le montre notre tableau, dans les banques traditionnelles, ce service pourtant entièrement en ligne n’est pas donné, à 1 euro en moyenne pour le client qui émet le virement, même de faible montant. La réception d’un tel transfert étant, bien évidemment, gratuite. Comme toujours, les établissements en ligne pratiquent la gratuité, sauf Hello bank!.
>> A lire aussi – Frais bancaires : le grand écart des tarifs, selon les régions
Si le risque de piratage reste faible, mieux vaudra recourir à la possibilité d’établir une «liste blanche» de bénéficiaires autorisés pour les virements et les prélèvements. Cela retardera toute tentative de détournement, l’ajout d’un Iban faisant alors l’objet de procédures d’identification renforcées de la part des banques. Quant aux paiements par SMS, gare aux fautes de frappe : tout envoi, même vers un mauvais numéro, est en effet définitif. Mieux vaudra les déclencher à partir de votre répertoire.
>> A lire aussi – Cashback : quelles sont les meilleures cartes bancaires du marché ?
Les premières offres de virement instantané à la loupe

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif