USA : 20% en moins d’ordonnances médicales dans les États disposant de cannabis médical

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Les lois nationales sur le cannabis sont associées à la réduction des prescriptions d’opiacés par les chirurgiens orthopédistes

La mauvaise utilisation d’opioïdes et le grand nombre de prescriptions données restent un problème national important, explique cette étude, publiée ce mois-ci dans l’American Academy of Orthopedic Surgeons. L’étude porte spécifiquement sur les prescriptions données par les chirurgiens orthopédistes, qui figurent parmi les médecins qui prescrivent le plus d’opioïdes aux États-Unis.

Les chirurgiens orthopédistes sont parmi les plus grands prescripteurs d’opioïdes, ce qui souligne l’importance de fournir des alternatives aux analgésiques non opioïdes dans le cadre des efforts visant à réduire la consommation d’opioïdes dans la cohorte de patients. Cette étude est la première à examiner l’association entre la mise en œuvre des lois des États sur le cannabis et les habitudes de prescription d’opioïdes par les chirurgiens orthopédistes chez les patients de la partie D de l’assurance-maladie.

Les cannabinoïdes offrent une option analgésique non opiacée potentiellement intéressante pour les patients orthopédiques, et 32 États américains ont adopté des lois sur le cannabis médical, légalisant l’accès des patients aux cannabinoïdes. Nous examinons l’association entre la mise en œuvre des lois d’État sur le cannabis et les habitudes de prescription d’opiacés par les chirurgiens orthopédistes chez les patients entre 2013 et 2017.

En utilisant la base de données Medicare Part D Prescription Drug Event, nous avons mesuré les doses quotidiennes globales annuelles de tous les médicaments opioïdes (à l’exception de la buprénorphine) prescrits par les chirurgiens orthopédistes dans chaque État américain, en plus des doses quotidiennes totales de médicaments opioïdes par nom générique (hydrocodone, oxycodone, fentanyl, morphine, méthadone et « autres opioïdes »). Nous avons utilisé des modèles de régression linéaire ajustés pour examiner les associations entre les réglementations sur le cannabis propres à chaque État (dispensaire, culture à domicile, légalisation récréatives) et les doses quotidiennes totales annuelles de médicaments opioïdes (tous les opioïdes et types d’opioïdes, séparément)

Les chercheurs ont non seulement examiné les lois sur le cannabis de chaque État sur papier, mais également leur application réelle. Ils ont constaté que dans les États qui ont approuvé la législation mais qui n’ont pas encore ouvert de magasins, il n’y a pas eu de changement significatif dans le nombre de prescriptions d’opioïdes. La baisse des prescriptions d’opioïdes n’a été observée que dans les pays où les patients pouvaient acheter du cannabis médical dans les magasins, et pas seulement le cultiver eux-mêmes à la maison.

De 2013 à 2017, les États ayant légalisé ont été associés à une réduction statistiquement significative de la prescription globale d’opioïdes de 144000 doses quotidiennes (réduction de 19,7 %) par an. Les États qui permettent l’accès aux dispensaires publics ont enregistré une réduction statistiquement significative des prescriptions totales d’opioïdes de 96000 doses quotidiennes (soit 13,1 %) par an. Plus précisément, une réduction statistiquement significative de 72000 doses quotidiennes d’hydrocodone par an. Aucune association significative entre la légalisation à des fins récréatives et la prescription d’opioïdes n’a été trouvée. En rapport à une baisse de 1,7% seulement dans les États américains où le cannabis médical était interdit.

Des résultats similaires ont déjà été obtenus dans une étude de l’Université de l’Alabama publiée plus tôt cette année dans le Journal of Health Economics, ainsi que dans des études publiées dans le Journal de l’American Medical Association (JAMA) en 2018.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif