Une affaire de lettres anonymes secoue un petit village des Vosges

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

C’est une petite commune de moins de 500 habitants, située à l’est d’Epinal, au cœur des Vosges. Si les habitants de Fontenay sont surnommés les “Renards”, c’est un autre animal qui venait à l’esprit ces dernières semaines, le corbeau. En effet, des dizaines de courriers anonymes ont été envoyés pendant le confinement, contenant notamment des menaces envers leurs enfants, explique Le Parisien.  L’auteur des faits, un notable, époux de l’ancienne maire de la commune, vient de reconnaître les faits.L’histoire avait débuté le 14 mars dernier. A la veille du premier tour, quelques jours avant le début officiel du confinement. Une lettre signée «La sorcière qui vous aime tous» arrive dans la boîte aux lettres de certains habitants. Les enfants y sont traités de “consanguins”, “petits cons” et la “bêtise et l’incompétence des parents” est évoquée. Deux autres courriers suivront au mois d’avril. 18 personnes recevront des courriers, dont le nouveau maire qui se fait aussi insulter. Dans les courriers, l’ancienne maire est au contraire présentée comme un exemple.>> A lire aussi -Hauts-de-France : un mystérieux corbeau menace de brûler la commune si la maire ne démissionne pasDes menaces contre les enfantsPlus inquiétant, certains passages des lettres font état de menaces directes, notamment contre les enfants. Des habitants expliquent en perdre le sommeil et se font suivre psychologiquement. “Après les élections, on a eu peur que les menaces soient mises à exécution”, souligne ainsi un membre du conseil municipal et père de deux adolescents. Au mois de juin, des plaintes contre X pour “harcèlement, menaces de mort, détournement de suffrage et menaces de commettre un crime” sont déposées à la gendarmerie. C’est finalement l’écriture des lettres qui permettra aux gendarmes de retrouver la piste du corbeau. Convoqué, l’époux de l’ancienne maire reconnaît les faits, tout en soulignant avoir agi seul. Sa femme n’aurait rien à voir avec cette histoire.>> A lire aussi – Il y a 100 ans, le corbeau de Tulle sème le soupçonReste désormais à savoir quelles suites seront données à cette affaire. Le parquet d’Epinal étudie le dossier. Si les plaignants demandent des poursuites, l’avocat de l’homme évoque “un contexte électoral et des actes graves d’atteintes aux biens et d’incivismes ont eu lieu durant le confinement”, auprès du quotidien francilien. Pneus crevés, tags sur son domicile ou encore haie incendiée auraient ainsi été recensés, sans faire l’objet d’une enquête malgré les plaintes. “Il voulait simplement que la paix revienne au village”.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif