Un papier qui fleurit, du code sans écran, un café pour soutenir les SDF… 3 start-up à surveiller

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Papierfleur : le papier qui fleurit
Et si, plutôt que d’encombrer les poubelles, les emballages cadeaux venaient fleurir balcons et jardins ? L’entreprise française Papierfleur propose un papier recyclé ensemencé, 100% biodégradable et compostable : sont incorporées des graines d’herbes aromatiques ou de fleurs sauvages, qui vont pousser en un mois. L’aventure a commencé dans l’agence de communication Nateva, spécialisée dans les supports papier. C’est en proposant des alternatives éco-responsables que Frank Bonsard et son équipe ont décidé de fabriquer leur propre papier dans leur atelier parisien. Calendriers, enveloppes, confettis, faire-part, cartes de visite…ça pousse ! papierfleur.fr
Colori : apprendre aux enfants à coder sans écran
Si la majorité des jeunes Européens ont déjà eu un écran entre les mains avant l’âge de 2 ans, ils ne comprennent pas pour autant comment ça marche. Amélia Matar, cofondatrice de Colori, rappelle pourtant que l’informatique n’est qu’un langage. Or, selon la pédagogie Montessori, c’est entre 3 et 6 ans que les petits sont particulièrement sensibles au langage. D’où l’idée de Colori de les initier au code dès le plus jeune âge, mais sans utiliser le moindre clavier. C’est avec des dessins, des jeux en bois et de simples feuilles que les jeunes enfants découvrent l’envers des écrans. Ils apprennent, par exemple, à reproduire une image en pixels avec des gommettes. L’an dernier, ils ont ainsi été plus de 1.000 à participer à ces activités. colori.education
>> A lire aussi – Magic Makers, la start-up qui initie les enfants au codage
Change please : du café pour l’inclusion des SDF
Depuis décembre 2019, les coworkers de WeWork peuvent savourer un café qui finance un programme de soutien aux sans-abri. La jeune pousse britannique Change Please a traversé la Manche pour distribuer en France son café qui favorise l’inclusion. Cemal Ezel, un entrepreneur habitué de la City, y a observé la consommation croissante de cafés à emporter et la demande accrue en baristas, alors que les personnes sans domicile fixe peinent à s’intégrer dans le marché du travail.
Le Royaume-Uni compte en effet 470.000 sans-abri et 6.500 personnes vivant dans la rue. Il a alors créé une entreprise sociale pour former ces personnes au métier de barista. C’est ainsi qu’est né l’emblématique “camion de café” mobile rose, tenu par d’anciens sans-abris. En plus d’un salaire minimum et d’un logement, le programme propose un accompagnement administratif et un soutien thérapeutique. La totalité des profits sont réinvestis dans le programme de soutien aux SDF. changeplease.org
>> Notre service – Entrepreneurs, toutes vos formalités juridiques en ligne : plus simple, plus rapide et moins cher, pour créer une entreprise, modifier ses statuts, protéger une marque ou un logo, déposer un brevet, récupérer une facture…

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif