Un laboratoire du Colorado envoie du cannabis et du café dans l’espace pour voir comment ils mutent

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le but de l’expérience est de voir si les conditions d’apesanteur entraîneront des mutations ou des altérations génétiques.

Pour la première fois dans l’histoire, un laboratoire de recherche du Colorado prévoit d’envoyer du café et du chanvre à la Station spatiale internationale (ISS).

Le but de l’exercice est de voir si les conditions d’apesanteur entraîneront des mutations ou des altérations génétiques des plantes, au cas où nous aurions un jour envie de savourer un café infusé dans l’espace.

Front Range Biosciences, une entreprise de technologie agricole et de recherche sur le chanvre, vient d’annoncer le plan qui prévoit l’envoi de cultures de tissus de café et de chanvre à l’ISS afin qu’elles puissent être cultivées et étudiées à différents stades de la gravité, rapporte Westword. La société s’est également associée à la start-up technologique Space Cells et à l’institut de recherche BioServe Space Technologies de l’Université du Colorado, à Boulder, pour cette étude.

En mars 2020, Front Range enverra le café et le chanvre par CRS-20 de SpaceX, un vol cargo destiné à la station spatiale. À ce moment-là, 48 cultures de cellules végétales resteront pendant environ un mois dans un incubateur spécialement conçu pour l’espace puisqu’il est surveillé à distance par BioServe de CU Boulder.

Une fois les échantillons retournés sur Terre, Front Range examinera de près l’ADN pour voir quels changements, le cas échéant, ils ont subis au cours des différentes étapes de l’exposition à la microgravité et au rayonnement spatial.

Bien que l’idée que les astronautes s’envolent dans l’espace et s’amusent avec des sons aigus. Le chanvre est la plante qui a été récemment rendue légale au niveau fédéral mais qui ne contient pas assez de tétrahydrocannabinol (ou THC) – le principal ingrédient psychoactif du cannabis – pour vous faire planer.

Le chanvre a une gamme étonnante d’applications industrielles allant des textiles aux matériaux de construction, la nourriture, l’alimentation des batteries et même à la restauration de la santé des populations d’abeilles menacées. Cependant, l’une des utilisations les plus populaires de la plante est son rôle dans la production d’huile de CBD, qui est faite à partir de ses fleurs, bourgeons et graines.

L’huile de CBD est un phytocannabinoïde non psychoactif présent dans les plantes de cannabis. Il a été démontré que le CBD aide les utilisateurs à traiter toute une gamme de problèmes, notamment l’anxiété, l’arthrite, la douleur chronique, la dépression et d’autres troubles médicaux ou de santé, et a été utilisé de plus en plus fréquemment pour soulager la douleur associée au cancer et au traitement du cancer, ainsi que pour le traitement direct du cancer lui-même.

Dans une déclaration, Jonathan Vaught, PDG et co-fondateur de Front Range Biosciences, a déclaré :

“C’est l’une des premières fois qu’on étudie les effets de la microgravité et des vols spatiaux sur les cultures de chanvre et de cellules de café.

Il existe des données scientifiques à l’appui de la théorie selon laquelle les plantes dans l’espace subissent des mutations. C’est l’occasion de voir si ces mutations tiennent le coup une fois ramenées sur terre, et s’il y a de nouvelles applications commerciales.”

L’étude ne porte pas uniquement sur la production de café et de cannabis dans l’espace extra-atmosphérique – en fait, Front Range envisage d’utiliser les données de l’étude ici sur Terre également. L’année dernière, l’entreprise s’est associée à Frinj Coffee pour produire des plants de café qui peuvent pousser dans le climat normalement inhospitalier du centre sud de la Californie. Le café est généralement cultivé dans les régions équatoriales ou subtropicales d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, d’Afrique orientale et d’Asie du Sud-Est.

Et les chercheurs pensent que cette dernière étude pourrait ouvrir la voie à la culture du café et du chanvre industriel dans un certain nombre de nouveaux lieux en identifiant de nouvelles variétés et expressions chimiques des plantes.

Le scientifique en chef de BioServe, Louis Stodieck, a dit :

“Nous pensons que c’est la première d’une longue série d’expériences communes.

À l’avenir, nous prévoyons que l’équipe récoltera et conservera les plantes à différentes étapes de leur cycle de croissance afin que nous puissions analyser les voies métaboliques qui sont activées et désactivées. C’est un domaine d’étude fascinant qui a un potentiel considérable.”

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif