Un hôpital distribue des cartes-cadeaux… mais pas pour tout son personnel

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

C’est un cadeau de Noël sous conditions. La direction de l’hôpital Victor-Dupouy d’Argenteuil a décidé de distribuer des cartes-cadeaux d’une valeur de 150 euros à ses salariés au mois de février. Comme le rapporte Le Parisien, l’hôpital a annoncé la nouvelle aux employés par courrier en adressant un message de félicitations à l’ensemble du personnel. “L’engagement des personnels permet depuis quelques années d’adapter l’offre de soins aux patients tout en maintenant une trajectoire budgétaire équilibrée”, a écrit le directeur Bertrand Martin pour expliquer cette récompense annuelle.
Problème, l’attribution de cette carte-cadeau ne bénéficiera pas à tout le monde. La direction de l’hôpital a en effet donné des conditions pour pouvoir profiter de cet avantage. Parmi eux, l’obligation d’avoir eu moins de huit jours d’absence au cours de l’année. Une condition qui a suscité la colère de plusieurs salariés, dont Aurélie, infirmière. “J’ai été arrêtée quinze jours pour une lombalgie. Résultat, je pense que ma carte-cadeau je ne l’aurai pas, comme un grand nombre de personnes”, s’insurge-t-elle auprès du Parisien. Selon elle, priver de carte-cadeau les salariés qui ont été malades est discriminant. Elle estime qu’il aurait fallu moduler le montant de la carte en fonction de la présence de chaque employé dans l’année.
>> À lire aussi – Cartes cadeaux et bons de réduction : un lâcher de Noël tourne au fiasco en Australie
La CGT a de son côté salué l’attribution de ces cartes-cadeaux qu’ils avaient eux-mêmes sollicitées auprès de la direction après qu’un tel avantage a été accordé à l’hôpital Simone-Veil, à Eaubonne. Si le syndicat juge normal que des critères d’assiduité soient appliqués, il remet en cause la période de huit jours d’absence qui conditionne l’attribution de la carte-cadeau. “Huit jours d’absence, ce n’est vraiment pas grand-chose”, juge également Farid Arabe, membre Ufas du CHSCT. Il avance qu’à l’hôpital d’Eaubonne, il fallait moins de 91 jours d’absentéisme dans l’année écoulée, hors congés maternité ou paternité, pour l’obtenir cet avantage.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif