TNT : NRJ 12 et Chérie 25 bientôt vendues ?

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

NRJ va-t-il jeter l’éponge dans la télévision? Selon les informations de “Capital”, le groupe de Jean-Paul Baudecroux a confié à une banque d’affaires un mandat pour vendre ses deux chaînes TNT, NRJ 12 et Chérie 25 -il s’agirait de la banque Lazard. Toutefois, rien ne dit que ce processus de cession ira à son terme. D’abord, c’est un très mauvais moment pour vendre, la plupart des acquéreurs potentiels étant frappés par la crise. Surtout, le PDG Jean-Paul Baudecroux a pour habitude de confier des mandats de vente et de changer d’avis ensuite. Il a ainsi mis en vente quatre fois de suite sa filiale de diffusion Towercast (en 2008 avec un mandat confié à BNP Paribas, puis en 2011 et en 2014 avec DC Advisory, et enfin en 2017 avec Kepler)… sans jamais la céder. Pareillement, il a aussi confié à Kepler en 2017 un mandat pour vendre ses 80% dans le groupe NRJ, sans non plus aboutir…
Plusieurs explications à cela. D’abord, Jean-Paul Baudecroux considère que ces vrai-faux processus de cession permettent de savoir combien vaut tel ou tel actif – bref, de “promener la chèvre” auprès des acquéreurs potentiels. Ensuite, “oncle Picsou” (comme il se surnomme lui-même) a une très haute idée de la valeur de ses actifs. Il exigeait ainsi un milliard d’euros pour le groupe NRJ, alors que celui-ci valait bien moins en bourse (420 millions d’euros actuellement). Quant aux chaînes de télévision, le groupe a déclaré lors de l’assemblée générale des actionnaires du 26 juin dernier que “la valeur créée reste supérieure à la trésorerie investie par le groupe”. Ce qui signifie donc que NRJ exigerait donc près de 300 millions d’euros pour ses deux chaînes de télévision…
⋙ A lire aussi : NRJ, derrière la radio « Number One », un petit empire très diversifié
Jusqu’à présent, Jean-Paul Baudecroux avait toujours exclu de vendre ses chaînes TNT. En 2011, il avait notamment refusé une offre de Canal +, qui s’était alors rabattu sur les chaînes TNT de Bolloré. Le patron-fondateur de NRJ a toujours espéré trouver lui-même la formule gagnante pour cette activité. Mais l’acharnement n’a pas payé. L’audience de NRJ 12 n’a cessé de décliner depuis un plus haut atteint en 2012. Le positionnement de la chaîne – viser les 15-34 ans – reste une cible peu prisée par les annonceurs. En 2014, NRJ 12 a bien tenté de se positionner sur les ménagères responsables des achats, mais ce fut un coûteux échec, abandonné au bout de deux ans. Surtout, l’activité reste un gouffre financier. Depuis sa création, NRJ 12 a cumulé 243 millions d’euros de pertes nettes, et Chérie 25 près de 100 millions d’euros. Pour réduire les coûts, la chaîne a remercié toutes ses figures connues (Matthieu Delormeau, Benjamin Castaldi, Valérie Damidot…) et n’emploie plus aujourd’hui qu’une seule “vedette”, Jean-Marc Morandini. Le groupe, après avoir promis l’équilibre de ses chaînes TV successivement pour 2014, 2016 puis 2017, ne s’aventure plus désormais à donner de date… Il souligne toutefois avoir réduit les pertes d’un tiers entre 2017 et 2019.
Dernier problème : le management est instable. Sept dirigeants se sont succédés depuis 2013, et au moins trois d’entre eux ont contesté leur licenciement aux prud’hommes. Le premier, Vincent Broussard, a fini par signer une transaction. Le second, Guillaume Perrier, a été réembauché dix mois plus tard. Enfin, le troisième, Laurent Fonnet, a gagné 68 000 euros en appel. Devant les prud’hommes, ce dernier a levé le voile sur les difficultés rencontrées. Il a déploré “avoir souffert d’un manque de moyens criant, face au refus de lui accorder les budgets nécessaires”. Il a expliqué avoir eu du mal à recruter à cause de “la mauvaise image dont pâtit le groupe NRJ dans le milieu de la télévision”. Et il a conclu : “Nombre de personnes de talent se sont succédé sans jamais trouver grâce aux yeux d’un employeur versatile.”
⋙ A lire aussi : NRJ 12 la télé trash qui court après le cash
Bref, Jean-Paul Baudecroux est peut être arrivé à la conclusion qu’il n’avait pas lui-même de solution pour ses chaînes TNT. D’autant que l’incertitude plane sur l’avenir du groupe. Le PDG fondateur a eu 74 ans le 11 mars. Et ses trois enfants sont trop jeunes pour lui succéder à la tête du groupe. L’aîné, Paul, âgé de 25 ans, vient même de quitter son poste chez NRJ après seulement deux ans. “Il a démissionné pour des raisons personnelles qui l’ont conduit à s’installer à l’étranger”, a indiqué le groupe lors de l’assemblée générale. La cadette, Matilda (22 ans), est rentrée dans le groupe en octobre et vient de rejoindre le conseil d’administration.
Certes, les statuts permettent à Jean-Paul Baudecroux de rester PDG jusqu’à 80 ans. Et il clame qu’il veut mourir sur scène, comme Molière : “je mourrai indépendant !”, assure-t-il. Mais une première alerte a eu lieu au printemps 2014, où une maladie l’a contraint à s’absenter plusieurs semaines, selon Ozap. Selon certaines sources, le PDG envisagerait désormais de prendre un peu de champ. Il songerait à transformer NRJ en société à directoire et conseil de surveillance, afin de prendre la présidence de ce conseil. Le directoire pourrait alors être dirigé par son fidèle bras droit, Maryam Salehi.
En tous cas, oncle Picsou s’est quand même organisé pour transmettre son patrimoine en payant très peu d’impôts. Il a d’abord transféré à ses trois enfants 10% du capital du groupe, tout en conservant l’usufruit. Pour les actions restantes, il a conclu en juin 2014 des pactes Dutreil avec sa compagne Vibeke, et Maryam Salehi. Ce dispositif donne droit à une importante réduction d’impôt, à condition de conserver les actions 6 ans, soit jusqu’en juin 2020. Cet engagement étant désormais terminé, les spéculations sur la vente du groupe vont donc pouvoir reprendre…
Contactés à de multiples reprises depuis lundi, Maryam Salehi, les portes-paroles de NRJ, et son agence de communication FTI Consulting n’ont jamais répondu.
L’audience de NRJ 12 sur les 4 ans et plus (en %)

Source : MédiamétrieL’audience de Chérie 25 sur les 4 ans et plus (en %)

Source : MédiamétrieLe résultat net de NRJ 12 (en millions d’euros)

Le résultat net de Chérie 25 (en millions d’euros)

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif