Thales renonce aux dividendes et à ses objectifs pour 2020

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Thales a annoncé le 7 avril 2020 qu’il renonçait au versement du reliquat de dividendes pour renforcer ses liquidités. Ses objectifs financiers pour 2020 sont également supprimés, en raison de la pandémie due au nouveau coronavirus. Le groupe de technologies et de défense avait prévu de proposer un dividende de 2,65 euros par action lors de son assemblée générale, qui se tiendra à huis clos le 6 mai. Un acompte de 0,60 euro avait été versé en décembre mais le solde est supprimé, “permettant au groupe d’éviter une sortie de trésorerie d’environ 430 millions d’euros”, affirme Thales dans un communiqué. La société, qui prévoyait un chiffre d’affaires compris entre 19 et 19,5 milliards d’euros en 2020 et une marge opérationnelle entre 10,8 et 11%, renonce à ces objectifs, jugeant qu’il est pour l’heure “impossible de quantifier les impacts financiers de cette crise sur les comptes du groupe”.
>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés
Pour faire face à l’impact sur la production, les approvisionnements et la capacité des clients à prendre livraison des produits et systèmes, Thales porte ses liquidités disponibles à 6,4 milliards d’euros, ont expliqué le PDG Patrice Caine et le directeur financier Pascal Bouchiat lors d’une conférence téléphonique. Thales disposait de 2,9 milliards d’euros de trésorerie et d’équivalents de trésorerie fin 2019, et d’une ligne de crédit bancaire non tirée de 1,5 milliard expirant en décembre 2021. Le groupe a depuis souscrit “en complément” une ligne de crédit syndiquée de deux milliards auprès de Crédit Agricole-CIB. “Cela nous semble suffisant pour être capable de passer cette crise sans avoir besoin de recourir à une garantie de l’Etat”, a affirmé Pascal Bouchiat.
>> Notre service – Investissez dans des sociétés innovantes et à fort potentiel de valorisation avant leur introduction en Bourse, le tout en bénéficiant d’un avantage fiscal
Le groupe mise sur son implantation mondiale, le caractère “dual” de son activité entre marchés militaires et civils, et la multitude de ses clients pour traverser la crise, selon Patrice Caine. “On va voir la résilience du groupe”, a-t-il plaidé. L’impact le plus important devrait porter sur les activités d’aéronautique civile. Mais celles-ci “ne représentent qu’environ 12% du chiffre d’affaires”, soit 2,15 milliards d’euros en 2019.
>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)
Getty Images

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif