Sous pression, un think tank annule un dîner-débat avec Tariq Ramadan à Paris

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le débat n’aura pas survécu à la polémique. 24 heures après avoir envoyé les invitations pour un dîner-débat animé par Tariq Ramadan à Paris le 11 février prochain, le think tank The KitSon a dû renoncer face à la polémique. “On m’a demandé d’annuler cet évènement, ce que je regrette amèrement”, annonce ce vendredi à Capital Elisa Kitson, la fondatrice du cercle de réflexion qui convie périodiquement journalistes, intellectuels et décideurs internationaux à participer à des débats géopolitiques à Paris. Qui est à l’origine de cette “demande” ? Mystère… L’ex-correspondante du Daily Telegraph à Paris refuse de le préciser.
En revanche, la raison de ce revirement “subi” ne fait pas l’ombre d’un doute. Elle tient à l’invitation de Tariq Ramadan, mis en examen pour deux viols, à s’exprimer lors de cette conférence sur la place de l’islam en Europe, à l’horizon 2040. Choqués, certains invités dont l’essayiste Céline Pina, ont dénoncé sa présence sur les réseaux sociaux.

Grands crus/hôtel Regina/Tariq Ramadan/décideurs du monde politique, médiatiques et économique. The KitSon se lance dans la douche dorée collective? Ou la réhabilitation de T. Ramadan est sa vraie mission? pic.twitter.com/H1wBDxIIDN— Céline Pina (@celine_pina) January 2, 2020

Capture Twitter @celine_pinaPourquoi The KitSon a-t-il pris le risque d’inviter une personnalité aussi sulfureuse que Tariq Ramadan, actuellement en liberté conditionnelle et assigné à résidence en France, après avoir passé près de 10 mois en détention provisoire ? L’universitaire musulman est pourtant sous le coup de multiples accusations de viols, dont deux, remontant à 2009 et 2012, ont débouché sur sa mise en examen en février 2018. “J’étais au courant de ses démêlés judiciaires, mais le dîner-débat portait sur l’islam en Europe, dont Tariq Ramadan a une vision pertinente”, se justifie l’organisatrice de l’événement, qui devait avoir lieu sous les ors de l’Hôtel Régina, à deux pas du Louvre. D’ailleurs, l’ex-professeur de l’université d’Oxford “avait déjà participé à l’une de nos conférences”, précise-t-elle.
Seulement, Tariq Ramadan semble désormais indésirable dans de nombreuses villes de France. Fin 2019, deux de ses conférences avaient déjà été annulées suite à des polémiques à Corbeil-Essonnes et Montpellier, comme le rappelle Le Point. “C’est vraiment regrettable, mais je me doutais que sa présence allait énerver les Français”, reconnaît Elisa Kitson, qui pointe un “problème culturel” dans l’Hexagone. “On doit pouvoir parler de tout, avec tout le monde”, insiste la journaliste, qui “n’aurait pas annulé l’événement si ça ne tenait qu’à elle”. La pression était visiblement trop forte…
>> À lire aussi – À la Sorbonne, une formation sur la radicalisation islamique fait polémique

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif