SNCF et RATP annoncent une réduction de la fréquence des trains et métros

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Face à la pandémie de Covid-19, la RATP et la SNCF ont annoncé ce vendredi 13 mars qu’ils s’attendaient à une “offre réduite” de transport la semaine prochaine. La raison ? Certains de leurs personnels ne pourront pas travailler, notamment pour rester chez eux garder leurs enfants, selon les deux groupes. A la RATP, “on finalise le recensement des personnels avec ou sans enfants à garder” à la maison et de ceux “éligibles ou non au télétravail”, a indiqué un porte-parole à l’AFP.
La régie des transports parisiens “communiquera ce week-end” sur le trafic qui pourra être assuré la semaine prochaine, a-t-il ajouté. “Il y aura une offre réduite par rapport à la normale, avec des adaptations, soit de fréquence” des métros, RER, bus ou tramways, “soit une priorisation sur certaines lignes”, a-t-il précisé. Mais la RATP “attend parallèlement, quel que soit le plan de transport mis en place, une baisse de la fréquentation. Ce sera une offre réduite pour une demande réduite”, a souligné le porte-parole de la régie.
>> A lire aussi – Coronavirus : les salles de cinéma vont-elles fermer ?
La SNCF, qui prévoit également d’annoncer ce week-end des modifications de son trafic, a aussi lancé “un recensement des collègues vulnérables et de ceux qui n’ont pas d’autres choix que de rester à la maison pour garder les enfants”, a déclaré un porte-parole. “S’il y a moins de personnels, il y aura moins de trains. La mécanique est connue. C’est une logique assez proche de celle de la grève. La première raison sera l’impact de la fermeture des écoles et des gardes d’enfants. Et ensuite, au fur et à mesure de l’avancée de l’épidémie, il y aura peut-être des collègues malades”, a-t-il poursuivi.
80% de l’offre à la SNCF
“La SNCF nous a dit compter lundi au maximum, sur 20% de personnel absent (…) il y aura donc au minimum 80% de l’offre”, a déclaré vendredi soir le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, sur BFMTV. “S’agissant de l’offre TGV, les personnes qui devaient voyager lundi seront contactées (…) à partir de demain (samedi, ndlr) par SMS et recevront la proposition d’une offre alternative”, a-t-il précisé. Jean-Baptiste Djebbari avait prévenu en milieu de semaine que les plans de transport à la RATP et à la SNCF seraient adaptés en fonction de l’impact de l’épidémie sur la présence des agents à leur poste de travail.
>> A lire aussi – Coronavirus : serez-vous indemnisés à 100% en cas d’arrêt de travail ?
La direction de la SNCF recevra lundi matin les quatre syndicats représentatifs du groupe ferroviaire (CGT, Unsa, SUD-Rail et CFDT), a-t-on appris auprès de participants. Concernant les mesures de prévention, SUD-Rail “va demander une nouvelle organisation du travail”. Il faut “protéger le personnel partout où il est en contact avec la clientèle, à l’accueil-embarquement, sur les quais, dans les points de vente, à bord des trains, quitte à ce qu’il n’y ait plus de contrôles des billets”, a estimé Erik Meyer, secrétaire fédéral de SUD-Rail.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif