Ségolène Royal devrait être relevée de ses fonctions d’ambassadrice ce vendredi

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Sibeth Ndiaye l’a confirmé ce vendredi 24 janvier à Jean-Jacques Bourdin sur le plateau de BFM TV, Ségolène Royal sera démise de ses fonctions d’ambassadrice des Pôles aujourd’hui. “C’est effectivement à l’ordre du jour ce matin du Conseil des ministres”, a affirmé la porte-parole du gouvernement. Cette dernière assure que plusieurs observations lui ont été faites par le ministère des affaires étrangères et celui de la Transition Écologique, mais que Ségolène Royal “n’a pas souhaité apporter de réponses à ces observations, donc nous en tirons les conséquences”. Sibeth Ndiaye a par ailleurs assuré que le poste ne serait pas laissé vacant ni supprimé et qu’un nouvel ambassadeur des pôles serait nommé prochainement.

Sibeth Ndiaye: “Ségolène Royal ne sera plus ambassadrice des pôles” pic.twitter.com/sFY4Cw84Ho— BFMTV (@BFMTV) January 24, 2020

>> A lire aussi – Ségolène Royal visée par une enquête du Parquet national financier pour ses fonctions polaires
Pour Ségolène Royal, cette décision ne sera pas une surprise. Début janvier, l’ancienne ministre avait dévoilé une lettre du ministère des Affaires étrangères lui indiquant qu’il était “envisagé de mettre fin” à ses fonctions d’ambassadrice des Pôles, rappelle BFM TV. La raison invoquée : elle ne respecterait “le devoir de réserve sur l’action du Gouvernement” que son rôle d’ambassadrice implique. En effet, ces dernières semaines, Ségolène Royal a multiplié les attaques à l’encontre d’Emmanuel Macron et de l’exécutif.
>> A lire aussi – L’ambassadrice Ségolène Royal bientôt limogée, elle l’annonce sur Facebook
La défense de Ségolène Royal
“Je prends acte de mon limogeage, car je choisis ma liberté de parole. Mais ne pas laisser dire que je n’ai pas répondu. Ci-dessous, ma lettre, restée sans suite”, avait-elle alors écrit sur son compte Twitter, accompagné de la lettre adressée à Jean-Yves Le Drian et à Emmanuel Macron. Elle se défend en assurant avoir toujours pris la défense de la France dans le cadre de sa mission d’ambassadrice des Pôles et de ne “jamais avoir mis en cause la politique étrangère”. En revanche, Ségolène Royal affirme qu’il ne lui a “jamais été demandé de renoncer à (ses) convictions”.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif