SCPI : voici les frais prélevés par les principales sociétés du marché – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Les SCPI séduisent de plus en plus de Français, notamment grâce à des rendements élevés. Ces produits d’épargne permettent aux particuliers d’investir dans la pierre en achetant des parts de parc immobilier à une société de gestion. Cette dernière s’occupe de la gestion des biens détenus en portefeuille, de percevoir les loyers et de les verser aux investisseurs, en servant une quote-part proportionnelle à leur placement.

Mais un point sur lequel on insiste moins, ce sont les frais prélevés par les sociétés de gestion sur les SCPI. Il en existe deux grandes catégories : les frais de souscription d’une part, et les frais de gestion d’autre part. Les premiers correspondent à la différence entre le prix de souscription et la valeur au moment de la sortie. En réalité, “ces frais portent mal leur nom, puisqu’ils sont appliqués au moment de la vente des parts”, souligne Paul Bourdois, cofondateur de France SCPI. C’est pour amortir ces frais qu’on recommande aux particuliers de conserver leurs parts de SCPI au moins 8 ans.

Pour les frais de gestion, la situation est différente, puisqu’ils ne vous sont pas directement facturés. Ainsi, la société de gestion les prélève sur les loyers qu’elle perçoit, avant de verser les dividendes aux investisseurs. Ils n’ont donc pas d’impact sur l’argent que vous gagnez tous les trimestres. C’est pour cela que le rendement servi aux épargnants (appelé taux de distribution sur valeur de marché dans le jargon) est toujours exprimé net de frais de gestion (voir tableau ci-dessous).

Pour vous donner une idée du niveau de ces frais, France SCPI a compilé pour Capital les frais de souscription et les frais de gestion appliqués sur les SCPI par les 56 principales sociétés du marché*.

>> Retrouvez dans le tableau ci-dessous les frais prélevés sur les principales SCPI du marché

De manière générale, les frais de souscription sont compris entre 7,50% et 12%, tandis que les frais de gestion tournent autour de 12%. Mais certaines SCPI récentes dynamitent quelque peu le modèle de rémunération. C’est le cas d’Altixia Commerces (Altixia REIM) et de Neo (Novaxia Investissement), pour lesquelles les frais de souscription s’élèvent respectivement à 3% et à… 0% ! En contrepartie, les sociétés prélèvent toutefois des frais de gestion plus élevés que la moyenne (18%). “Ce modèle va sans doute s’imposer petit à petit”, commente Paul Bourdois.

Attention toutefois, l’absence de frais de souscription ne doit pas vous inciter à investir dans les SCPI seulement pour une ou deux années. Car l’investissement en SCPI reste un placement… dans l’immobilier ! Et pour réussir un investissement dans la pierre, il faut s’engager sur le long terme. “La durée moyenne de détention de parts de SCPI est de 21 ans”, rappelle à juste titre Paul Bourdois.

* Il s’agit ici des frais prélevés sur les SCPI à capital variable.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif