Santé : près de 4 millions de Français vivent dans un désert médical

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

La situation inquiète. De plus en plus de personnes ont de moins en moins accès à un médecin généraliste. Selon une étude de la Drees, publiée ce vendredi 14 février, les déserts médicaux ont pris de l’ampleur en France. Le nombre d’individus ayant accès à moins de 2,5 consultations par an est ainsi passé de 2,5 millions en 2015 à 3,8 millions en 2018, précise Le Point. Si le nombre de personnes touchées par la pénurie de médecins reste “faible” selon la Drees, leur part dans la population française est passée de 3,8 à 5,7% en trois ans.
Une désertification médicale due à “la diminution globale du nombre de médecins en activité sous l’effet de nombreux départs à la retraite, que les nouvelles installations ne compensent pas”. La Drees pointe ainsi du doigt “l’effet prolongé des numerus clausus” qui ont limité le nombre de praticiens formés au cours de dernières années. Parmi les régions les plus touchées par ce manque de médecins : la Guyane, la Martinique et la Guadeloupe ou encore l’Île-de-France et le Centre-Val-de-Loire.
Valoriser les maisons de santé
Sur un plan plus global, tous les Français sont touchés par une baisse d’accessibilité aux médecins, rappellent Les Échos. En moyenne, en 2018, chaque Français a pu accéder à 3,93 consultations contre 4,06 en 2015, soit une baisse de 3,3%. Par ailleurs, les “inégalités s’accentuent entre les communes les moins bien dotées et celles qui le sont le plus”, relève la Drees alors que “les territoires les mieux dotés en médecins généralistes sont aussi les plus attractifs, tant du point de vue de la croissance démographique que des équipements”.
>> A lire aussi – L’Ordre des médecins étrillé par la Cour des comptes
Pour tenter de faire face à ce phénomène, des solutions existent, rappellent Les Échos et notamment la mise en place de “stratégies visant à la libération du temps médical utile” avec de “nouvelles organisations territoriales”, de nouveaux “protocoles de coopération interprofessionnelle” ou le “recours au numérique”. Des solutions déjà plébiscitées par l’OCDE et la Commission européenne, qui militent pour la création et la mise en valeur des maisons de santé regroupant des professionnels exerçant plusieurs disciplines différentes.

Plus d'articles

Recevez votre fiche de calcul

Une fiche de calcul simple pour evaluer le potentiel de rendement d’un investissement!