Salaires : voici combien gagnent les jeunes diplômés d’écoles de commerce et d’ingénieurs, secteur par secteur

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Les grandes écoles, un tremplin assuré vers l’emploi ? Selon la dernière enquête “Insertion des diplômés des grandes écoles” de la Conférence des grandes écoles (CGE) publiée ce mardi 16 juin, pas moins de 71,7% des diplômés des grandes écoles (promotion 2019) étaient en activité professionnelle début 2020. Une situation “très bonne” selon la CGE, mais qui s’est tout de même légèrement détériorée par rapport à la promotion précédente, puisque 73,2% des jeunes diplômés interrogés l’an dernier étaient en activité professionnelle.
A noter que cette nouvelle enquête ne tient pas compte des effets de la crise sanitaire sur l’emploi des jeunes diplômés, puisque les données ont été collectées entre décembre 2019 et mars 2020*. Avec la crise sanitaire actuelle, la situation a de grandes chances de se dégrader davantage pour les futurs diplômés. “La situation à laquelle nous allons devoir faire face se caractérise par plusieurs inconnues : la durée de la crise, l’ampleur de ses conséquences, et la rapidité de la reprise économique, signale la CGE dans son rapport 2020. Si nous nous reportons à l’expérience de la crise financière de 2008, pour laquelle nous avions constaté une augmentation du nombre des nouveaux diplômés en recherche d’emploi 3 à 6 mois après la sortie de l’école, on peut penser que les tensions sur le marché de l’emploi s’intensifieront dans les prochains mois, et ce dans la durée.”
>> Vous cherchez un emploi de business developer ? Profitez d’un test gratuit pour certifier vos compétences et décrocher le poste que vous méritez grâce à notre plateforme de recrutement
Quoiqu’il en soit, l’enquête 2020 de la CGE offre une photographie intéressante des salaires obtenus par la promotion 2019 des jeunes diplômés des grandes écoles françaises. On y apprend ainsi que le salaire brut annuel (hors primes) est de 35.714 euros en moyenne pour le premier emploi des jeunes diplômés travaillant en France. Soit une hausse de 2,3% par rapport à la promotion 2018. Dans le détail, combien gagnent vraiment les jeunes à la sortie des grandes écoles ? Pour le savoir, la CGE a zoomé sur les salaires perçus par les diplômés d’écoles d’ingénieurs et de commerce de la promotion 2019, en fonction des secteurs d’activité dans lesquels ils sont embauchés pour leur premier emploi.
Les nouveaux diplômés des écoles d’ingénieurs gagnent, en moyenne, 35.234 euros par an (salaire brut). Trois secteurs d’activité emploient plus de la moitié d’entre eux. Il s’agit des sociétés de conseil ou d’ingénierie et des bureaux d’études (30% des jeunes diplômés d’écoles d’ingénieurs y travaillent), des activités informatiques et services d’information (16,7%), ainsi que de la construction/BTP (7,4%). Dans ces domaines d’activité, les diplômés sortant d’écoles d’ingénieurs gagnent, en moyenne, un salaire brut annuel (hors primes) supérieur à 35.000 euros. Le secteur le plus rémunérateur est celui des activités financières et d’assurance : seuls 2,9% des diplômés d’écoles d’ingénieurs en 2019 y travaillent, mais leur salaire brut annuel (hors primes) s’élève à… 42.328 euros en moyenne !
>> A lire aussi – Emploi des jeunes : l’OIT alerte sur les effets dévastateurs de la pandémie
>> Retrouvez dans le tableau ci-dessous les salaires obtenus par les diplômé(e)s à la sortie des grandes écoles d’ingénieurs, secteur par secteur

>> Notre service – Vous cherchez un emploi ou voulez en changer ? Retrouvez des milliers d’offres sur notre site
Les jeunes diplômés d’écoles de commerce touchent un salaire globalement plus élevé (36.746 euros brut par an en moyenne) que ceux sortant d’écoles d’ingénieurs. Et du côté des écoles de commerce aussi, les jeunes diplômés se dirigent majoritairement vers les sociétés de conseil ou d’ingénierie et les bureaux d’études (23,8%) pour leur premier emploi. Viennent ensuite les activités financières et d’assurance (14,4%) et les activités informatiques et services d’information (10,9%). Dans ces trois domaines d’activité, les salaires brut décrochés par les diplômés d’écoles de commerce oscillent entre 36.287 euros et 41.534 euros par an en moyenne. Le secteur de la finance et de l’assurance est, là encore, le plus rémunérateur.
>> Retrouvez dans le tableau ci-dessous les salaires obtenus par les diplômé(e)s à la sortie des grandes écoles de commerce, secteur par secteur

Sans grande surprise malheureusement, on observe que dans la quasi-totalité des secteurs d’activité, les femmes gagnent un salaire moins élevé que les hommes. Ainsi, à la sortie des écoles d’ingénieurs et de commerce, les femmes perçoivent un salaire moyen inférieur de 6% à celui des hommes, selon la CGE. “Selon le type d’école, en moyenne, cela équivaut à une différence de l’ordre de 2 à 3.000 euros par an. Avec les primes, l’écart s’amplifie, notamment chez les managers (5.900 euros)”, relève l’association dans son enquête.
>> A lire aussi – Voilà le salaire minimum auquel s’attendent les étudiants des grandes écoles
* L’enquête a été menée auprès des jeunes diplômés de 190 grandes écoles adhérentes de la CGE, parmi lesquelles on retrouve AgroParisTech, CentraleSupélec, l’EIGSI, Grenoble EM, HEC, Kedge Business School, les Mines, Polytechnique, ou encore Sciences Po.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif