Retraite à l’étranger : Italie, Malaisie, Maroc… ces pays qui vous offrent des “cadeaux” fiscaux – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

L’image du Portugal comme eldorado fiscal pour les retraités a du plomb dans l’aile. Le pays envisage en effet de mettre fin à un avantage fiscal accordé aux étrangers depuis maintenant 10 ans via ce que l’on appelle le statut de résident non habituel (RNH). Son principe ? Une exonération pour une durée de 10 ans d’impôt sur les revenus de source étrangère. Les retraités français pouvaient donc, pendant ce laps de temps, ne pas avoir d’impôt à payer sur leur pension. Attention, ce dispositif ne concerne que les retraités du secteur privé et non les anciens fonctionnaires, dont la pension est toujours taxée en France. Le Portugal s’apprête désormais à taxer à hauteur de 10% les revenus de source étrangère des résidents non habituels.

Même si l’avantage sera moins intéressant qu’aujourd’hui, il n’en demeure pas moins que la fiscalité a de fortes chances de rester plus attractive que le barème français de l’impôt sur le revenu. Et si le Portugal est souvent présenté comme le pays le plus accueillant pour les retraités, ce n’est pas le seul. D’autres proposent des avantages différents mais qui peuvent se révéler tout aussi attirants. Mais attention, pour en profiter sans être rattrapé par le fisc, vous devez respecter certaines règles. Tout d’abord, il faut savoir que comme au Portugal, dans la plupart des pays, seules les pensions du secteur privé peuvent bénéficier de ces atouts fiscaux. Pour les ex-fonctionnaires, la retraite est toujours taxée en France.

Ensuite, il ne faut plus garder de résidence principale en France. Si vous décidez tout de même de conserver un pied-à-terre dans l’Hexagone, vous devrez montrer que vos intérêts économiques ne s’y situent plus. Difficile à faire quand votre pension est versée par une caisse de retraite française… “C’est pour cette raison que nous conseillons de mettre en location votre résidence en France ou encore de délocaliser vos liquidités et valeurs mobilières dans un autre pays sûr de la zone euro, préconise Paul Delahoutre, responsable du site spécialiste de la retraite à l’étranger retraitessansfrontieres.fr. Si ce n’est pas le cas, l’administration pourrait contester votre avantage fiscal, même si, par exemple pour les retraités qui sont partis au Portugal, nous n’avons pas eu connaissance de contrôles fiscaux”. Si vous respectez ces conditions, voici les autres pays dans lesquels vous pourrez profiter d’avantages fiscaux.

L’Italie pourrait-elle devenir le nouveau Portugal pour les retraités ? Depuis 2019, le pays a mis en place des conditions avantageuses pour les retraités étrangers. Mais contrairement au Portugal, elles sont très limitées. La taxation sur les pensions de retraite et les autres revenus de source étrangère est limitée à 7%. Mais pour en profiter, il faut s’installer dans une ville du sud de l’Italie qui compte moins de 20.000 habitants. Huit régions sont éligibles : la Sicile, la Calabre, la Campanie, la Sardaigne, les Pouilles, le Molise, la Basilicate et les Abruzzes. Et cette réduction d’impôt est limitée à 5 ans.

Le Maroc, la Tunisie et le Sénégal

Dans ces trois pays d’Afrique, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 80%. “Mais il ne s’agit pas d’un gros cadeau contrairement à ce que l’on peut croire”, prévient Paul Delahoutre. Car si la réduction est importante à première vue, il ne faut pas oublier de prendre en compte le barème d’imposition qui est très différent comparé à la France. “Dans ces pays, si vous avez un revenu de 20.000 euros par an, vous êtes considéré comme riche. Alors qu’en France vous êtes fiscalisé à hauteur de 11%, ici le taux est plus proche de 30%”. Il est donc important de prendre le temps de faire ses calculs en fonction de vos ressources. Ainsi, si vous percevez de faibles revenus en France, vous pouvez être non-imposable alors qu’au Maroc, en Tunisie ou au Sénégal, vous devrez payer des impôts.

La Malaisie

Si vous avez des envies de partir plus loin, vous pouvez vous orienter vers la Malaisie. Elle propose le plus gros avantage fiscal grâce au statut Malaysia my second home (MM2H). Si vous obtenez ce visa valable 10 ans et renouvelable indéfiniment, tous vos revenus de source étrangère, et donc vos pensions, sont exemptés d’impôt sur le revenu, sans aucune condition de durée. Toutefois, pour l’obtenir, vous devez remplir certaines conditions : présenter un certificat médical montrant que vous n’avez pas de gros soucis de santé et disposer d’une assurance santé valable en Malaisie. “Il y a aussi une condition financière, souligne Paul Delahoutre. Vous devez déposer sur un compte en banque ouvert dans une banque malaisienne, une somme fixe de 150.000 ringgits (environ 33.000 euros) ou apporter la preuve officielle que vous disposez d’une pension de retraite d’un montant minimum de 10.000 ringgits, soit environ 2.200 euros par mois”.

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif