Retraite complémentaire Agirc-Arrco : de combien pourrait augmenter votre pension en novembre ? – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Ce n’est pas encore définitif, mais on a une première idée de la revalorisation des en novembre prochain. Pourquoi aussitôt ? En raison du mode de calcul de la revalorisation des pensions défini par l’accord signé le 10 mai 2019. Ainsi, d’après ce texte, les pensions complémentaires des ex-salariés du privé doivent évoluer “au moins comme les prix à la consommation hors tabac”, jusqu’en 2022. L’indice pris pour référence est celui de la dernière prévision pour l’année en cours publiée par l’Insee en juin. Or ce chiffre vient d’être présenté ce mercredi 17 juin. Dans son point de conjoncture, l’Insee estime que les prix, hors tabac, évolueront en moyenne de 0,1%. C’est à ce niveau que les retraites complémentaires pourraient être revalorisées en novembre prochain, . Un niveau plus bas d’inflation lié à “la chute des prix des produits pétroliers et des prix des services, en particulier, ceux des services de transport, affectés par les mesures de confinement”, pointe l’Insee.

Ce chiffre est à prendre avec précaution. Si l’on se réfère de nouveau au , il existe plusieurs exceptions à cette revalorisation par rapport à l’inflation. Ainsi, si l’inflation est supérieure à l’évolution du salaire moyen par tête (SMPT), la revalorisation se ferait alors sur ce dernier indice. Pour le moment, cette hypothèse est peu probable, l’inflation surpassant rarement l’évolution annuelle des salaires. Autre possibilité d’évolution, le conseil d’administration de l’Agirc-Arrco, qui fixe ce niveau, a une petite marge de manoeuvre de 0,2 point. Il pourrait très bien décider en octobre prochain, au moment de l’annonce définitive de la revalorisation et estimant que la prévision est très faible, de revoir à la hausse les pensions non pas de 0,1% mais de 0,2% ou de 0,3%.

Même si la nuance risque d’être faible, il est aussi possible que les pensions soient totalement gelées cette année. Il est en effet prévu qu’en cas de difficultés financières, soit plus précisément si les réserves techniques du régime se situent en deçà de 6 mois de prestations dans la période courant jusqu’à fin 2033, la revalorisation des pensions ne soit pas basée sur l’inflation mais qu’elle soit nulle. Enfin, dernière option, la possibilité de réajustements. Il est en effet prévu qu’un rattrapage soit effectué l’année suivante si l’inflation en juin avait mal été estimée. Une situation qui pourrait se produire cette année, du fait des circonstances exceptionnelles. L’Insee le stipule bien dans son point estimant que cette prévision d’inflation “présente une fragilité plus importante qu’à l’accoutumée”. L’Institut ajoute que le contexte post-confinement pourrait aboutir à des dynamiques de prix non prévues liées par exemple à un surcroît de consommation sur l’habillement. Même si cette situation ne s’est jamais produite auparavant, les textes autorisent l’Agirc-Arrco à effectuer ce réajustement si l’inflation finalement observée était plus haute que prévue. Une nouvelle revalorisation pourrait alors avoir lieu en début d’année 2021 ou être plus importante que prévue en novembre 2021. Mais difficile de le prévoir avec certitude à si long terme.

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif