Renault dans le rouge pour la première fois depuis 2009

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

La première année sans son patron emblématique Carlos Ghosn a été très préjudiciable à Renault. Le constructeur automobile français est tombé dans le rouge l’an dernier pour la première fois depuis 2009, enregistrant une perte nette de 141 millions d’euros. Dans un marché mondial en recul, le groupe au losange a été victime d’une baisse de son activité qui s’est traduite par une chute de sa rentabilité opérationnelle à 4,8 % des ventes, contre 6,3 % en 2018. La marge opérationnelle a chuté de près d’un milliard d’euros à 2,66 milliards. Le chiffre d’affaires s’est replié de 3,3 % à 55,5 milliards. “2019 a été une année difficile pour Renault (…). Nous ne sommes pas satisfaits des résultats”, a commenté Clotilde Delbos, directrice générale par intérim, promettant une baisse de 2 milliards des coûts de structure sur trois ans, lors d’une conférence avec des investisseurs.
>> Notre service – Testez notre comparateur de comptes-titres pour passer vos ordres de Bourse au coût le plus bas
Le constructeur français avait annoncé en janvier un recul de 3,4 % de ses ventes l’an dernier à 3,75 millions de véhicules. Renault a aussi été victime d’une chute de la contribution financière de son allié japonais Nissan en difficulté, tombée à 242 millions d’euros, contre 1,51 milliard en 2018. Jeudi, de mauvaises nouvelles étaient arrivées du Japon où Nissan, détenu à 43 % par Renault, a encore revu à la baisse ses perspectives après une chute de ses profits sur neuf mois. Par ailleurs, les résultats ont été affectés par l’abandon d’une créance fiscale en France, se traduisant par une charge de 753 millions d’euros.
>> Notre service – Investissez dans des sociétés innovantes et à fort potentiel de valorisation avant leur introduction en Bourse, le tout en bénéficiant d’un avantage fiscal
Prévisions identiques pour 2020
Alors qu’un nouveau directeur général, Luca de Meo, recruté chez Seat (groupe Volkswagen), est attendu au 1er juillet, le redressement pourrait prendre un peu de temps. Pour 2020, dans un marché mondial toujours en déclin, le groupe au losange anticipe une nouvelle baisse de sa rentabilité opérationnelle, qui devrait se situer entre 3 % et 4 % des ventes. Il table sur un chiffre d’affaires “du même ordre” qu’en 2019 et sur une activité automobile générant des flux de trésorerie positifs.
Ces prévisions ne tiennent pas compte “d’éventuels impacts liés à la crise sanitaire du coronavirus”, a précisé Renault. L’action du constructeur français a chuté de près de moitié en un an, dans le sillage de l’affaire Ghosn, patron déchu après avoir été accusé de malversations au Japon par des dirigeants de Nissan. Le titre est quasiment au plus bas depuis dix ans, signe de la défiance des investisseurs. Ces derniers s’inquiètent notamment de la capacité du groupe à générer de la trésorerie pour financer son avenir.
>> A lire – Marchés financiers et coronavirus : qui a raison…et qui a tort ?
Au premier semestre 2019, le groupe avait “brûlé” des liquidités mais les flux de trésorerie de l’activité automobile ont finalement été positifs de 153 millions d’euros sur l’ensemble de l’année. Renault a annoncé un dividende divisé par trois à 1,1 euro par action. Renault doit, comme ses concurrents, investir des sommes importantes en recherche et développement pour accélérer l’électrification de ses modèles afin de respecter les plafonds d’émissions de CO2 fixés par l’Union européenne afin de lutter contre le réchauffement climatique. Le groupe a renouvelé l’an dernier ses best-sellers, la citadine Clio et le SUV urbain Captur, ainsi que sa citadine électrique Zoe. Leur succès sera crucial cette année pour redonner un peu d’oxygène au constructeur.
>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés
Renault était tombé dans le rouge pour la dernière fois lors de la crise financière de 2009, quand il avait enregistré une perte de 3,1 milliards d’euros. L’arrestation de Carlos Ghosn au Japon en novembre 2018 avait plongé l’alliance Renault-Nissan dans la crise. L’ancien patron, qui a fui la justice japonaise, est désormais réfugié au Liban. Le président du conseil d’administration Jean-Dominique Senard a travaillé depuis son arrivée il y a un an à pacifier les relations avec Nissan pour tirer parti d’un potentiel de synergies encore inexploité. Il espère avoir tourné la page de l’instabilité en construisant une nouvelle gouvernance. Mme Delbos a repris les rênes du constructeur en octobre, succédant à Thierry Bolloré, limogé huit mois seulement après sa nomination. Au 1er juillet, elle cédera la place à Luca de Meo, dont elle deviendra l’adjointe.
>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)
Getty Images

Plus d'articles

Recevez votre fiche de calcul

Une fiche de calcul simple pour evaluer le potentiel de rendement d’un investissement!