Réforme des retraites : les très gros cadeaux lâchés aux cheminots par le gouvernement

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Les régimes spéciaux de retraite vont disparaître, mais peut-être pas les avantages des cheminots de la SNCF. Selon Le Figaro, les 52.000 agents nés après 1985 qui basculeront dans le régime de retraite par points voulu par le gouvernement ne devraient pas vraiment voir la différence : le montant de leur pension devrait rester proche de l’actuel et ils continueront de partir à la retraite bien plus tôt que les salariés du secteur privé. Il semble en effet que la SNCF et l’Unsa, le deuxième syndicat de la compagnie ferroviaire, aient jeté la base d’un accord très favorable aux agents.
Un accord que l’exécutif pourrait soutenir. “Les organisations syndicales et les dirigeants de la SNCF et de la RATP ont eu des discussions approfondies. Si elles aboutissent à des accords, le gouvernement en sera garant”, avait ainsi expliqué le Premier ministre Édouard Philippe le 19 décembre dernier. Ce sont ces concessions accordées par le gouvernement qui ont conduit l’Unsa-ferroviaire à suspendre la grève pendant les congés de fin d’année.
Les primes réintégrées
Premier cadeau : l’âge de départ à la retraite. Ainsi, la génération de conducteurs nés en 1986 ayant cotisé quatorze ans dans le régime spécial pourra partir à la retraite avec une forte décote dès 52,8 ans contre 57 avec le régime spécial. Un réel avantage puisque l’âge légal de départ à la retraite pour les salariés du secteur privé est de 62 ans alors que le gouvernement envisage un âge pivot, pour pouvoir partir à la retraite sans décote, de 64 ans.
>> A lire aussi – Âge pivot, pénibilité, régimes spéciaux… les concessions que le gouvernement est prêt à faire sur la réforme des retraites
Grâce à leur compte épargne-temps, les agents pourront également cesser le travail deux ans plus tôt que prévu et une autre formule permettra d’aménager les fins de carrière avec l’opportunité pour les cheminots de travailler à mi-temps en touchant de 70 à 80% de leur salaire. Autre mesure : les primes, nombreuses à la SNCF, seront intégrées dans la rémunération servant de base pour calculer la pension, détaille RFI. Une mesure qui doit permettre aux cheminots de garder des pensions identiques à celles dont bénéficient leurs aînés.
Réaction politique forte
Dernier coup de pouce : la SNCF va mettre en place un Perco. Il s’agit d’un système qui permet aux salariés de se constituer un bas de laine pour la retraite avec l’aide de l’entreprise. Des mesures très avantageuses pour les agents de la société de transport et pourtant, pour la base des syndicats c’est non. L’appel à la pause pour les fêtes de fin d’année, lancé par l’Unsa, n’a pas été suivi. La CFDT-Cheminots s’est prononcée contre le 20 décembre et la CGT et Sud sont hostiles à tout compromis.
>> A lire aussi – La société BlackRock a-t-elle eu une influence dans la réforme des retraites ?
De son côté, avec ces nouvelles propositions, le gouvernement mise sur une fracturation du front syndical et la reprise du trafic. Une politique qui, pour l’instant, peine à porter ses fruits, mais qui pourrait s’avérer gagnante sur le long terme. D’autant plus, rappelle Le Figaro, que le gouvernement pourrait sortir sa dernière carte pour mettre fin aux perturbations dans les transports : une nouvelle loi sur le service minimum qui permettrait d’organiser la réquisition de personnels à la SNCF. Si pour le moment il la garde sous le coude, il se tient prêt à une réaction politique forte si la situation devait dégénérer.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif