Quentin Tarantino tire son épingle du jeu aux Golden Globes, Martin Scorsese bredouille

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Quentin Tarantino et Sam Mendes peuvent avoir le sourire. “Once Upon a Time… in Hollywood” et “1917”, drame historique, se sont illustrés dimanche soir lors de la soirée des Golden Globes, qui lancent traditionnellement la course aux prix cinématographiques à Hollywood, avec en ligne de mire les Oscars. Déception pour Netflix qui dominait les nominations avec 34 candidats au total, la plateforme de streaming et ses milliards de dollars n’ont obtenu qu’un modeste Golden Globe pour le cinéma. Il s’agit de Laura Dern, sacrée “meilleure actrice dans un second rôle” pour “Marriage Story”, pourtant donné favori avec six sélections au total.
Quentin Tarantino a été récompensé par le prix de la “meilleure comédie” ainsi que celui du scénario pour son film, véritable ode à l’Hollywood des années 1960 et au cinéma de son enfance. Brad Pitt a enfin reçu le Golden Globe du meilleur second rôle mais “Once Upon a Time… in Hollywood” a manqué de peu le grand chelem. Leonardo DiCaprio s’est incliné face à l’outsider Taron Egerton, sacré “meilleur acteur dans une comédie” pour son rôle d’Elton John dans le biopic “Rocketman”.
>> A lire aussi – Une star d’Hollywood fait la promotion de Boursorama
L’autre vainqueur de cette soirée pleine de paillettes et de champagne est incontestablement “1917”, “grosse surprise” pour son réalisateur Sam Mendes. Drame historique consacré à la Première Guerre mondiale, le long-métrage a été distingué dans la catégorie phare du meilleur film dramatique et du meilleur réalisateur. “1917” met en scène deux jeunes soldats britanniques perdus dans ce conflit et qui se retrouvent chargés d’une mission quasiment impossible. Tour de force de réalisation, la course contre la montre des deux jeunes gens est tournée comme un plan-séquence long de deux heures, qui a visiblement plu au jury de l’Association de la presse étrangère d’Hollywood qui décerne les Golden Globes.
>> A lire aussi – Dans le collimateur de #metoo, Harvey Weinstein en procès pour agressions sexuelles
Lourde déception pour Martin Scorsese
Sam Mendes l’a emporté dans sa catégorie face à des poids lourds comme Quentin Tarantino et Martin Scorsese, dont “The Irishman” – autre production Netflix – est reparti bredouille malgré cinq nominations. “Je veux juste dire qu’il n’y a pas un réalisateur dans cette salle, pas un directeur au monde, qui ne soit pas dans l’ombre de Martin Scorsese”, a lancé Sam Mendes, provoquant des applaudissements nourris pour faire passer la pilule. Les votes pour les nominations aux Oscars sont ouverts jusqu’à mardi, ce qui pourrait inciter certains membres de l’Académie des arts et sciences du cinéma à attendre de voir le palmarès des Golden Globes avant de remplir leur bulletin.
L’an dernier, les quelque 90 membres du jury des Golden Globes avaient eu le nez creux : tous les primés aux Golden Globes dans la catégorie cinéma ont remporté un Oscar, à l’exception de celle de la musique de film. A cette aune, Joaquin Phoenix a consolidé sa place de favori aux Oscars avec un Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique pour sa performance dans “Joker”, une incarnation forte et controversée de l’ennemi juré de Batman. Comme d’autres vedettes montées avant lui sur la scène des Golden Globes, Joaquin Phoenix a mis son temps de parole à profit pour sonner l’alarme sur le réchauffement climatique et les incendies géants qui ravagent l’Australie, jusqu’à ce que la production l’incite à rendre le micro en envoyant de la musique…
>> A lire aussi – Harvey Weinstein s’offre un accord judiciaire au prix fort
Chez les actrices, Renée Zellweger a été sacrée meilleure actrice dramatique pour son rôle de Judy Garland dans le biopic “Judy”. Dans la catégorie “comédie” (contrairement aux Oscars, les Golden Globes font la distinction), c’est la comédienne américaine d’origine asiatique Awkwafina qui s’est imposée, pour son rôle de Billi dans le film “L’Adieu”, sur une famille chinoise réunie par un drame. Le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère a été octroyé à “Parasite”, du Sud-Coréen Bong Joon-ho. Il a devancé deux oeuvres françaises, “Portrait de la jeune fille en feu” de Céline Sciamma, et “Les Misérables” de Ladj Ly.
>> A lire aussi – Netflix fait le plein d’abonnés, les actions décollent
Déjà palme d’or au festival de Cannes en 2019, “Parasite” est considéré comme l’un des favoris pour les Oscars mais les statuts des Golden Globes ne permettent pas à un film en langue étrangère de concourir dans la catégorie des meilleurs drames ou comédies.
>> Notre service – Investissez dans des sociétés innovantes et à fort potentiel de valorisation avant leur introduction en Bourse
Pour la télévision, la série dramatique de HBO “Succession” l’a emporté sur “The Crown” de son grand concurrent Netflix, qui a dû se contenter d’une récompense pour Olivia Colman et son rôle de reine Elisabeth II. Autre succès britannique, la série déjantée “Fleabag” (Amazon) a remporté le Golden Globe de la meilleure série comique. Sa créatrice, la Britannique Phoebe Waller-Bridge, a également été primée pour son interprétation du rôle titre.
>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)
Getty Images>> En vidéo – Quentin Tarantino regrette de n’avoir rien dit sur Harvey Weinstein

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif