Que vaut le nouveau comparateur de prix du contrôle technique du gouvernement ?

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Près d’un an après les premières annonces officielles et même deux ans après le début des discussions sur le sujet, la plateforme annoncée par le gouvernement pour comparer les tarifs des centres de contrôle technique est en ligne, explique Le Parisien. Il a pour objectif de permettre aux Français de savoir où payer le tarif le moins élevé alors que de profondes disparités existent d’un département à l’autre mais aussi parfois dans des établissements proches. Le prix peut ainsi presque varier du simple au double, comme c’est le cas dans le Pas-de-Calais ou les Bouches-du-Rhône. Pour autant, l’outil  a aussi ses limites.Sur ce nouveau site, il faut donc indiquer le type de véhicule (voiture particulière, 4 x 4, voiture de collection, camionnette ou encore camping-car), sa motorisation (essence, diesel, gaz, hybride, électrique), puis votre département et votre ville. Ainsi, pour une voiture particulière essence, à Lille, dans le département du Nord, le comparateur trouve neuf centres différents, proposant des tarifs allant de 65 à 80 euros pour un contrôle technique et de 5 à 35 euros pour la contre-visite.>> A lire aussi – Contrôle technique : vous avez un délai supplémentaire pour le réaliserLe problème des donnéesMais, le site présente une première limite qui est à chercher du côté des données disponibles. Même si les centres de contrôle ont l’obligation de les fournir, seuls 4.500 d’entre eux (sur un total de 6.404) ont communiqué leurs prix à Bercy. Un retard qui devrait toutefois être rapidement comblé, selon le ministère de l’Économie. Mais surtout, comme le notait fin septembre le site Auto Plus, d’autres problèmes sont déjà identifiés. Les données accessibles sont les prix hors promotions éventuelles. Or, celles-ci sont particulièrement nombreuses. Par ailleurs, la fourchette de prix de la contre-visite se révèle souvent très large. Une critique partagée par Pierre Chasseray, le délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes, qui n’hésite pas à qualifier le site de “gadget” dans les colonnes du quotidien francilien.>> A lire aussi – Les automobilistes français zappent de plus en plus le contrôle techniquePar ailleurs, les acteurs du contrôle technique auraient déjà commencé à préparer la riposte contre l’initiative du gouvernement. Cela devrait notamment passer par une optimisation de leur référencement sur Google. L’objectif ? Rendre invisible le nouveau site et mettre en avant leurs propres plateformes proposant de prendre un rendez-vous.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif