Quand a eu lieu la collision aérienne la plus meurtrière de l’histoire ?

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

C’est le plus terrible accident aérien de l’Inde mais aussi la collision d’avions la plus meurtrière au monde. Le 12 novembre 1996, un Boeing 747 de la compagnie Saudi Arabian Airlines décolle de l’aéroport de New Delhi à 18h32. Jusqu’ici, tout se déroule comme prévu. Le centre de contrôle autorise l’aéronef à monter à 14.000 pieds d’altitude (soit 4.260 mètres) et de maintenir ce niveau de vol. Au même moment mais dans le sens opposé, un appareil Iliouchine Il-76 de la compagnie Kazakhstan Airlines avec 37 personnes à bord, arrive dans le même couloir aérien que le Boeing 747.
Le contrôle aérien voit bien l’avion kazakh et prévient les pilotes de rester à 15.000 pieds (soit 4.572 mètres d’altitude) car l’aéronef de la compagnie saoudienne arrive en face à grande vitesse. Ils sont alors distants de 22 kilomètres. Et tout va très vite basculer. Sans que l’on sache pourquoi, le pilote de l’Iliouchine ne maintient pas son altitude et descend et descend encore.
>> À lire aussi – L’Iran aurait modernisé ses Mirages F1 avec de nouveaux missiles et radars
L’appareil kazakh se retrouve là peine plus bas que le Boeing 747. Quand l’opérateur radio s’en aperçoit il demande au pilote de remonter immédiatement. Il s’exécute, mais il est déjà trop tard. À 18h40, alors que les deux avions sont dans un nuage l’empennage (l’arrière de l’avion) de l’Iliouchine qui est en train de remonter percute l’aile gauche du Boeing. Les deux aéronefs partent en vrille et s’écrasent à plus de 1.000 kilomètres par heure sur le sol. On retrouve les carcasses des appareils à une centaine de kilomètres à l’Ouest de l’aéroport de New Delhi (Charkhi Dadri).
L’enquête confirmera par la suite l’erreur du pilote kazakh. Mais plusieurs autres facteurs ont contribué à l’accident. L’enquête a revélé que le contrôle aérien de l’aéroport de New Delhi ne disposait pas de radars secondaires permettant de connaître le niveau de vol des avions. Il n’y avait par ailleurs qu’un seul et unique couloir aérien réservé aux avions civils et aucun des deux avions n’étaient équipés d’un système anti-collision (TCAS). Ce tragique accident contribua d’ailleurs largement à rendre obligatoire l’intégration d’un tel système sur le8s avions de ligne.
>> À lire aussi – Jaguar : l’armée française va recevoir ses premiers blindés de reconnaissance
Une vidéo réalisée par notre partenaire AeronewsTV.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif