Production de gel, masques, aide respiratoire… une task force réunie autour de Bernard Arnault

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

“Notre efficacité opérationnelle en temps de paix est d’autant plus appréciable en temps de guerre”, souligne le secrétaire général de LVMH, Marc-Antoine Jamet. “C’est tout de même difficile de créer un pont aérien régulier avec la Chine”, nuance Claude Martinez, le président de la branche parfums et cosmétiques du groupe. Tous deux font partie de la cellule de crise d’une dizaine de personnes que Bernard Arnault a réunie autour de lui pour participer à la lutte contre le Covid 19. Le P-DG de LVMH, qui se rend chaque jour à son bureau de l’avenue Montaigne, n’a en effet pas tardé à mettre la puissance de son groupe au service du gouvernement. “Il est devenu expert en masque, coordonne la logistique, prend des décisions ultra rapides, c’est un vrai général en chef”, décrit un proche du septuagénaire. 
Dès la fin février, quand l’Italie a commencé à flancher, les équipes R de la branche cosmétiques du groupe ont regardé comment créer du gel hydro alcoolique. Il s’agissait dans un premier temps d’en fournir aux salariés des usines du groupe. Par chance les trois composants essentiels (eau purifiée, alcool et glycérine) étaient disponibles en grandes quantité dans les réserves. Dès la mi-mars, lorsqu’un décret a autorisé les entreprises à produire le fameux gel, Bernard Arnault a donné son go pour une production à plus grande échelle. Trois sites, ceux de Givenchy à Beauvais, Christian Dior Parfums à Saint Jean de Braye et Guerlain à Chartres, ont donc cessé la production de cosmétiques pour se consacrer au gel. Une centaine de salariés, tous volontaires, sont ainsi mobilisés. “Nos chaînes de production ont été transformées en usine de guerre, on ne se pose plus du tout la question des profits en ce moment”, assure Claude Martinez. 
>> A lire aussi – LVMH et Bouygues font des dons massifs de masques
Au-delà de la fabrication du liquide, il faut résoudre la question du conditionnement. Chaque usine fait avec ses réserves. Chez Dior, le gel est versé dans de grands flacons à pompe de 340 ml autrefois destinés à du savon liquide. Chez Guerlain ce sont des tubes de 120 ml qui accueillent d’habitude un sérum visage. Le problème des étiquettes se pose aussi. C’est une obligation légale d’apposer la date, le risque (inflammable…), et le nom du fabricant. Heureusement, Guerlain, sur son site d’Orphins, a la capacité de produire ses propres étiquettes, ce qui permet d’accélérer la fabrication. Si bien que dès la première semaine de confinement, 20 tonnes ont pu être produits sur les trois sites et 50 tonnes la semaine suivante. Les flacons sont distribués directement par LVMH aux hôpitaux de Paris, de l’Oise et de Chartres, à la préfecture de police de Paris et à Air France. 
En parallèle, la petite cellule de crise autour de Bernard Arnault, qui comprend un acheteur, Dominique Garnier, un logisticien, Guillaume Méchain et un directeur de la R, Bruno Bavouzet, a lancé un appel à toutes les équipes chinoises pour rechercher des masques parmi les nombreux fournisseurs et sous-traitants du groupe. “Le produit est trop difficile à fabriquer en grand nombre dans nos propres usines, technologiquement et techniquement”, explique Claude Martinez. Un fabricant a été identifié le vendredi 20 mars. Il était sur le point de dire oui à une commande de l’armée américaine. Mais LVMH a dégainé plus vite : la commande porte sur 40 millions de masques, livrables en quatre semaines. Bernard Arnault a d’emblée effectué un premier virement pour payer une première tranche de 10 millions de masques dont un tiers de FFP2, si difficile à trouver. “Cette première fournée nous coûte, avec la logistique, plus de 6 millions d’euros. Nous n’avons pas hésité à faire cette avance car l’important c’est la vitesse”, commente Marc Antoine Jamet. 
>> A lire aussi – Guerlain, Bulgari, Tiffany… comment Bernard Arnault a bâti LVMH, n°1 mondial du luxe
Reste à régler les nombreux problèmes logistiques. Il faut rédiger les contrats, s’occuper du dédouanement avec les autorités chinoises, puis coordonner les avions, ceux des transporteurs habituels de LVMH (Geodis et Bolloré Logistique) mais aussi les Antonov 24 mis à disposition par l’Etat Français. “Nous sommes devenus une vraie compagnie aérienne”, ironise le directeur des relations extérieures Jean-Charles Trehan, cloué depuis son lit, où il se soigne du Covid-19. “Nous avons chaque jour une centaine d’échanges avec les cellules de crise de l’Élysée et du ministère de la santé”, confirme Marc-Antoine Jamet. 
Bernard Arnault, quant à lui, est déjà sur deux nouveaux fronts : les tests et les respirateurs. Une fois encore, les 24 000 salariés de LVMH en Chine, dont l’essentiel sont Chinois, vont être sollicités. Ils cherchent des tests fiables un peu partout. Et ils ont déjà identifié un fournisseur capable d’acheminer rapidement 260 respirateurs. Le P-DG n’a pas tardé à donner son feu vert pour débourser plus de 10 millions d’euros. “Nous verrons plus tard avec l’État Français pour les factures”, évacue Marc-Antoine Jamet.
>> A lire aussi – Hermès fait un don à l’AP-HP et sabre son dividende

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif