Premiers résultats mitigés pour un vaccin en Chine

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le premier essai clinique de vaccin contre le coronavirus en Chine a livré ses résultats. Comme le rapporte Business Insider, les chercheurs qui ont testé le vaccin de CanSino Biologic sur 108 volontaires à Wuhan, en Chine, ont publié leurs résultats vendredi 22 mai dans The Lancet, une revue médicale de premier plan. Les scientifiques assurent que le vaccin est « tolérable » et a généré une immunité dans cette première étude menée sur 28 jours. Ainsi, selon eux, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour voir s’il protège vraiment contre le coronavirus.
Ces premières données sont encourageantes, mais il reste nécessaire de réaliser des essais supplémentaires pour faire réellement la preuve de l’efficacité du vaccin. « Ces résultats sont une étape importante », a assuré Wei Chen, l’auteur principal de l’étude, selon l’agence de presse Xinua. Toutefois, ces résultats n’indiquent pas nécessairement que le vaccin protège les êtres humains du Covid-19. « Il reste encore beaucoup à faire pour rendre ce vaccin accessible à tous », a-t-il déclaré. En effet, le vaccin de CanSino est actuellement testé à plus grande échelle dans un essai plus important.
>> À lire aussi – Les premiers tests d’un vaccin contre le coronavirus sont très encourageants
Les auteurs de l’étude sur ce vaccin restent prudents. Même si le vaccin a été toléré chez les 108 volontaires, plus de 70% des participants ont connu des effets secondaires légers ou modérés tels que fièvre, fatigue, maux de tête ou douleurs musculaires. « Il n’y a eu aucun effet grave dans les 28 jours suivant la vaccination », est-il toutefois écrit dans The Lancet.
En pratique, Business Insider précise que les chercheurs de la société chinoise de vaccins ont testé deux types d’anticorps : ceux dits de liaison et ceux de neutralisation. Bien que les anticorps de liaison s’accrochent au virus, ils ne l’empêchent pas nécessairement d’infecter des cellules saines et de se multiplier. Les anticorps neutralisants sont le test critique pour un vaccin, car ces protéines peuvent aider à tuer le virus et à prévenir l’infection.
On ne connaît pas le niveau d’anticorps neutralisants nécessaire pour combattre l’infection
Or, on ne sait toujours pas quel niveau d’anticorps neutralisants les gens ont besoin pour combattre l’infection. Les chercheurs tentent activement de comprendre cela en étudiant les réponses en anticorps des patients ayant récupéré du Covid-19, ainsi qu’en testant des animaux tels que des souris, des cobayes et des singes. « Les anticorps neutralisants contre le SARS-CoV-2 étaient tous négatifs au jour 0, et augmentaient modérément au jour 14, atteignant un pic 28 jours après la vaccination », ont écrit les chercheurs.
Ils ont constaté que la concentration d’anticorps neutralisants augmentait avec la force de la dose de vaccin. Presque tous les volontaires ont connu une augmentation significative du niveau d’anticorps de liaison. Près de 60% d’entre eux ont constaté au moins une multiplication par quatre des anticorps neutralisants.
Autre élément de la réponse immunitaire : les lymphocytes T
Les chercheurs ont également mesuré un autre élément essentiel de la réponse immunitaire : les lymphocytes T. Ils ont trouvé des niveaux détectables de lymphocytes T atteignant un pic après deux semaines. « Des proportions élevées de participants avec des réponses positives aux lymphocytes T ont été notées dans tous les groupes de dose après la vaccination », ont-ils écrit. Problème, on ne sait pas encore quel niveau d’anticorps et de cellules T sont nécessaires pour protéger les humains contre l’infection.

Plus d'articles

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif