Pourtant pas réglementaires, les feux tricolores “intelligents” se multiplient en France

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

C’est un dispositif très répandu en France. Les feux de circulation tricolores “comportementaux” ou “intelligents” ne sont pourtant pas réglementaires dans l’Hexagone. Apparus sur les routes depuis plusieurs années, ils fonctionnent pour réguler la vitesse des voitures et ont pour principe de passer au rouge ou au vert en fonction du comportement de l’automobiliste. Des dispositifs qui ne sont pas autorisés au regard de la réglementation sur la signalisation routière, mais dont le déploiement devrait s’intensifier dans les années à venir, détaille le site radars-auto.
Les communes optent notamment pour ces systèmes pour lutter contre les excès de vitesse en agglomération. Il en existe deux sortes : le “feu sanction”, toujours vert et qui passe au rouge lorsqu’un automobiliste dépasse la limitation autorisée et le “feu récompense”, toujours rouge et qui passe au vert lorsque l’usager respecte la vitesse autorisée.
Pas de démantèlement
Très prisés des communes et présentant une alternative aux polémiques ralentisseurs et aux chicanes, ce dispositif n’est toutefois pas réglementé par l’Instruction interministérielle sur la signalisation routière, rappelle radars-auto. Le texte n’autorise pas la mise en place de ces feux de circulation permanents. La loi n’autorise, pour le moment, leur utilisation que pour organiser la circulation, pour gérer les conflits de circulation entre les voitures et les piétons ou pour protéger les passages piétons.
>> A lire aussi – Vitesse, feu rouge, stop… le nouveau radar Nomad pourra tout flasher en même temps
Le ministère de l’Intérieur a d’ailleurs confirmé l’illégalité de ces feux parfois placés en plein milieu d’une rue. “L’utilisation de feux asservis à la vitesse pour une finalité de modération de la vitesse n’est pas conforme à la réglementation”, avait répondu en 2019 le ministère à une question écrite du député de Haute-Saône Christophe Lejeune. Pas question pour autant de faire démonter les installations déjà existantes : les autorités veulent encourager leur utilisation et pourraient rapidement faire évoluer la réglementation.
La commune du Vieux-Mesnil (Nord) est ainsi devenue, le 14 janvier 2020, la première commune française à recevoir l’autorisation d’expérimenter ces feux asservis au contrôle de la vitesse. D’autres expérimentations devraient également être mises en place dans les mois à venir.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif