Pourquoi l’Atelier Hemera veut faire des vêtements en chanvre et plus en coton bio – Nice-Matin

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Pourquoi l’Atelier Hemera veut faire des vêtements en chanvre et plus en coton bio

“Ces visuels m’inspirent car ils ont un taux vibratoire élevé. Cela apporte un bénéfice à celui qui les porte comme à celui qui les voit.”

“ C’est là que je me suis souvenu d’une visite culturelle faite il y a longtemps. On nous avait raconté qu’à l’époque du Moyen Âge, on fabriquait des vêtements en chanvre.”

Anne Bonnélie est la fondatrice de l’Atelier Hemera Photo DR

Elle effectue des recherches, se rend compte que l’on en produisait beaucoup à une époque en Provence. “Aujourd’hui, la filière est quasiment morte!”

“C’est une grande plante dont toutes les parties s’utilisent. La graine se consomme. On peut en faire de la farine, la fibre sert à remplacer le plastique, etc. Sa culture nécessite peu d’apport en eau. Et elle nettoie et nourrit le sol sur laquelle elle pousse. C’est aussi un antifongique puissant, elle repousse les insectes et les animaux qui voudraient la détruire. Bref, elle a tout bon!”, s’enthousiasme Anne Bonnélie.

Pour le textile aussi, le chanvre possède moult qualités. “La fibre absorbe la transpiration, elle est hypoallergénique et non irritante pour la peau et surtout elle est très résistante. Elle permet la fabrication de vêtement qui dure dans le temps. En plus, elle est biodégradable”, égrène la créatrice.

Pour cela, il faut du temps mais le mouvement est en marche. “Avec des experts de la filière comme Julien Hilaire et Axel Bougrainville, on pense qu’entre deux et cinq ans, nous serons en capacité d’utiliser du chanvre français filé en France.”

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif