Polémique autour du coût faramineux d’une déviation en Dordogne

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le chantier du contournement de Beynac, en Dordogne, fait toujours autant débat. Alors que la Cour administrative d’appel de Bordeaux a confirmé, en décembre dernier, l’annulation des travaux de cette déviation, demandant au passage la remise en état des lieux sous un an, voilà qu’un rapport risque de mettre de l’huile sur le feu. Lundi 3 février, les 50 conseillers départementaux doivent examiner un document portant sur le coût, assez élevé, des travaux du chantier et surtout de la démolition demandée par la Cour administrative d’appel, rapporte France Bleu Périgord.
>> À lire aussi – Le montant faramineux des investissements que prévoit Poutine pour doper la Russie
L’ardoise se chiffre en plusieurs dizaines de millions d’euros, comme l’avance le président du département Germinal Peiro : 24,5 millions d’euros ont déjà été payés, sur les 26,5 millions d’euros engagés. Et une démolition du chantier pourrait coûter entre 12 et 15 millions d’euros de plus, s’insurge l’homme politique. Celui-ci entend d’ailleurs déposer un recours devant le Conseil d’État le 10 février prochain. Il rejette l’idée d’une démolition à effectuer dans un délai d’un an, conformément à l’ordre de la Cour administrative d’appel de Bordeaux, au motif que ce délai est intenable.
Une enveloppe de 11 millions d’euros déjà attribuée
“C’est totalement irréaliste. C’est infaisable en respectant la loi : aller démolir des piles au milieu de la rivière c’est une atteinte à l’environnement et nous ne le ferons pas avant que les études nous disent comment il faut faire”, tonne Germinal Peiro auprès de France Bleu. Dans le budget 2020 de Beynac, le Conseil départemental a déjà prévu l’allocation de 11 millions d’euros au chantier polémique, auxquels viendront s’ajouter 11 millions d’euros supplémentaires en 2021. Au total, cela représente 40 % des investissements importants pour les routes du département.
>> À lire aussi – Le montant astronomique qu’un client Uber a dû payer pour une course de… 15 km
Le projet de déviation de Beynac est source de tensions dans la région depuis de nombreuses années, certains opposants y voyant là une atteinte à la vallée de la Dordogne portée par le département. La décision, en décembre dernier, des magistrats bordelais avait ravi les anti-déviation, mais certains se doutaient toutefois que Germinal Peiro ne lâcherait pas. Le président du département, lui, avait alors dénoncé une “situation ubuesque” et “totalement hallucinante”.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif