Nouveaux tarifs du gel hydroalcoolique, regain d’intérêt des acheteurs pour l’immobilier… Le flash éco du jour

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le chiffre du jour : 5,5%. C’est le nouveau taux de TVA appliqué au gel hydroalcoolique autrefois taxé à 20%. Un décret encadrant le prix de ce produit, désormais de première nécessité, a été publié au Journal officiel. Il fixe les nouveaux tarifs à ne pas dépasser pour les distributeurs. Par exemple, le prix unitaire maximum d’un flacon de 50 ml est maintenant de 1,76 euro. En cas de non-respect de l’encadrement des prix, Bercy a mis en place une plateforme numérique, baptisée Signal Conso. Celle-ci permet aux consommateurs de faire remonter à la DGCCRF tout manquement de la part d’un professionnel.
L’info pratique Capital. Vous aviez décidé de vendre votre logement juste avant le confinement ? Ne retirez surtout pas votre bien de la vente. Dans une chronique publiée sur Capital.fr, le directeur général du site d’annonces immobilières, Bien’ici, constate en effet que les demandes de contacts de la part des acheteurs repartent à la hausse depuis quelques semaines. Le confinement n’a pas stoppé les besoins en logement des Français. Certains aspirent même déjà à acheter plus grand, voire à changer d’environnement après la crise. Autant de bonnes raisons de maintenir votre petite annonce bien visible.
Le coup de gueule du jour est poussé par l’UFC-Que Choisir. L’association de consommateurs demande aux assureurs automobiles qu’ils rendent à leurs assurés les économies réalisées pendant le confinement. Soit un total de deux milliards d’euros. Selon l’association, les assureurs ont fait ces belles économies, puisque depuis six semaines les déplacements de véhicules sont très limités. Dans un communiqué, l’UFC réclame que les assureurs auto-moto redonnent cet argent à leurs assurés, au moyen d’une baisse des cotisations de leurs contrats d’assurance. D’autant que les dépenses en assurance automobile représentent un vrai coût pour les ménages, qui subissent déjà de plein fouet, pour bon nombre d’entre eux, la crise liée à l’épidémie de coronavirus.
On termine avec Amazon. Lundi soir, le géant américain du e-commerce a annoncé qu’il prolongeait jusqu’au 5 mai la suspension de l’activité de ses centres de distribution en France. “Il sera demandé aux collaborateurs d’Amazon de rester chez eux jusqu’au 5 mai inclus – ils percevront leur plein salaire”, a indiqué dans un communiqué le groupe. Les centres de distribution d’Amazon sont fermés depuis le 16 avril. Les clients peuvent néanmoins “toujours commander plusieurs millions de produits auprès des entreprises indépendantes qui vendent sur Amazon et au travers de notre réseau logistique mondial”.
> Réécoutez et abonnez-vous à ce podcast sur vos plateformes favorites (Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Google Podcasts, Soundcloud…) ainsi que sur les enceintes connectées Google Home, Amazon Echo et Apple HomePod.
> La saga des marques, 21 millions (sur les cryptomonnaies)… retrouvez tous les podcasts de Capital et de Prisma dans notre espace dédié.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif