L’industrie plonge en Italie, qui devrait être la lanterne rouge de la zone euro en 2020

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

L’économie de l’Italie est décidément à la peine. Après avoir déjà diminué de 1,6% en octobre, après une petite hausse de 0,2% en septembre, les commandes à l’industrie du pays ont connu en novembre une forte baisse, reculant de 4,3% sur un an, a annoncé mercredi l’Institut national des statistiques (Istat). La chute de novembre est surtout liée à la faiblesse de la demande étrangère (-7,3%). Dans le même temps, corrigé des effets calendaires, le chiffre d’affaires de l’industrie italienne a connu une petite hausse de 0,1% sur un an. Sur un mois, les commandes ont diminué de 0,3%, tandis que le chiffre d’affaires est resté stable.
Ces chiffres confirment les inquiétudes qui pèsent sur la troisième économie de la zone euro. L’Italie devrait connaître une croissance de 0,6% de son PIB (Produit intérieur brut) cette année, après une hausse de seulement 0,2% en 2019, selon l’Istat. La Commission européenne est encore plus pessimiste, estimant que le PIB italien devrait progresser de seulement 0,4% en 2020, après 0,1% en 2019. L’Italie sera de nouveau le dernier pays en terme de taux de croissance de la zone euro et de l’Union européenne.
>> A lire aussi – Industrie en crise, menaces sur l’auto… “les actions risquent de décevoir !”
L’économie italienne est affectée par le ralentissement en Europe, les tensions commerciales entre la Chine, l’Europe et les Etats-Unis, mais aussi par la prudence des entreprises qui, inquiètes, investissent moins.
>> A lire aussi – Pourquoi la crise italienne ne fait pas chuter l’euro ?
Du côté des commandes, la chute la plus marquée sur un an a été enregistrée dans le secteur des appareils électriques ou non (-25,7%), tandis que la hausse la plus importante a eu lieu dans le secteur des machines (+9,1%).
>> Notre service – Un test pour connaître son profil d’épargnant et bénéficier d’un conseil d’investissement en ligne, gratuit, personnalisé et suivi
Le secteur ayant connu la plus forte baisse de son chiffre d’affaires est la raffinerie pétrolière (-11,5%) alors que l’industrie pharmaceutique a enregistré la hausse la plus marquée (+6,5%).
>> En vidéo – Quels monuments faut-il visiter à Turin quand on aime l’histoire ?

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)
Getty Images>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés
>> Notre service – Investissez dans des sociétés innovantes et à fort potentiel de valorisation avant leur introduction en Bourse

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif