Les valeurs à suivre demain à la Bourse de Paris – Jeudi 13 février 2020 – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

EURONEXT

Euronext a généré en 2019 un résultat net, part du groupe, en progression de 2,8% à 222 millions d’euros et un Ebitda en progression de 12,8% à 399,4 millions d’euros. La Bourse paneuropéenne affiche ainsi une marge d’Ebitda de 58,8%, en amélioration de 1,2 point. Les synergies de coûts liées à Euronext Dublin ont atteint 7,8 millions d’euros. Les revenus ont bondi de 10,4% à 679,1 millions d’euros, Oslo Børs VPS contribuant à hauteur de 57,1 millions d’euros pour 6,5 mois de consolidation. En données comparables, ils reculent de 1%.

KERLINK

Kerlink a publié un chiffre d’affaires 2019 de 13 millions d’euros en repli de 24% par rapport à l’exercice précédent. Le spécialiste de la fourniture de solutions d’infrastructures réseaux dédiées à l’Internet des Objets (IoT) précise cependant que l’exercice 2018 avait été marqué par la seconde partie du déploiement du premier réseau IoT de Tata Communications, opérateur télécom de premier rang en Inde. En retraitant les ventes de matériels d’infrastructures en 2018 de ce contrat exceptionnel, le chiffre d’affaires de l’exercice 2019 ressort en légère baisse (-4%).

POXEL

La société biopharmaceutique Poxel annoncé un chiffre d’affaires 2019 en baisse de 57% à 6,6 millions d’euros. Il comprend principalement une partie du versement initial de 36 millions d’euros reçu de Sumitomo Dainippon Pharma dans le cadre du partenariat stratégique annoncé le 30 octobre 2017, ainsi que la refacturation à Sumitomo Dainippon Pharma des coûts de développement du programme de phase III de l’Imeglimine au Japon. La trésorerie de l’entreprise s’établit à 37,2 millions d’euros, soit un recul de 44% par rapport à 2018.

UNIBAIL RODAMCO

Unibail-Rodamco-Westfield (URW) va céder 54,2% d’un portefeuille de cinq centres commerciaux français via une joint-venture formée avec Crédit Agricole Assurances et La Française. Le portefeuille est valorisé 2,04 milliards d’euros. URW gardera 45,8% des parts afin de continuer l’exploitation des actifs grâce à des contrats de long terme, et percevra ainsi 1,5 milliard d’euros. Les centres commerciaux concernés sont Aéroville et So Ouest en Région Parisienne, Rennes Alma à Rennes, Toison d’Or à Dijon et Confluence à Lyon. La transaction devrait être finalisée au second trimestre 2020.

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif