Les pharmacies désormais autorisées à vendre des masques grand public

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Soulagement, les Français peuvent, dès ce dimanche 26 avril, se procurer des masques dans les pharmacies. Un arrêté a été publié à cet effet au Journal officiel dans la nuit de samedi à dimanche. Il réintroduit les masques dans la liste des produits pouvant être vendus par les officines. Et ce, alors qu’ils en avaient été exclus par un arrêté en date du 3 mars dernier en raison des réquisitions générales par l’État. Depuis lors, impossible pour les particuliers de se procurer les masques disponibles en pharmacie. Il s’agissait des masques chirurgicaux ou de type FFP2 réservés exclusivement aux professionnels de santé dans les villes comme les médecins ou les infirmières.
>> À lire aussi – On devrait manquer de masques au 11 mai, révèle une note gouvernementale
Avec cet arrêté du 26 avril, ces masques-là restent réservés au personnel soignant mais les pharmacies peuvent en vendre d’autres : des “masques non sanitaires fabriqués selon un processus industriel et répondant aux spécifications techniques applicables”. Comme l’explique en détail au Parisien le président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine Gilles Bonnefond, ces masques industriels sont “dits ‘alternatifs’, en tissu, jetables ou lavables”.
De la difficulté de l’approvisionnement
Il en existe deux types : le type 1 filtre les particules à hauteur de 90 % et leur usage est réservé aux professionnels ne pouvant télétravailler pendant le confinement. Il s’agit des plombiers, caissiers de supermarchés, etc. Le type 2, quant à lui, filtre à 70 % les particules et est destiné à un usage par le grand public. Gilles Bonnefond précise que tous répondent aux normes de l’Agence nationale de sécurité du médicament et de l’Afnor.
>> À lire aussi – Port du masque, maintien du télétravail… ce que préconise le Conseil scientifique post-confinement
Auprès du quotidien, la présidente de l’Ordre des pharmaciens, Carine Wolf-Thal se réjouit de la publication de cet arrêté au Journal officiel, mais estime que “la difficulté maintenant va être d’en commander et surtout d’en recevoir, car c’est la guerre, les délais sont incertains”. Elle réclame également que les prix de vente de ces masques soient encadrés et recommande aux particuliers de bien “vérifier sur la boîte le niveau de filtrage, la norme, [et] le contrôle qualitatif”. Elle rappelle également, comme bon nombre d’experts médicaux, que le port de ces masques ne dispense en rien d’une bonne application des gestes barrières et des mesures de distanciation sociale.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif