« Les critiques à l’égard de l’ancien système de retraite sont biaisées »

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Tribune. Lorsque le débat sur la réforme des retraites a été lancé en décembre 2019, l’argument avancé était qu’un « système de retraite universel en points » réduirait fortement les inégalités actuelles qui font que les plus aisés, les hommes, les mono-pensionnés sont aujourd’hui les grands bénéficiaires des règles retenues à ce jour pour calculer le droit à pension de chacun.

« Dans le nouveau système proposé, un euro cotisé donne les mêmes droits », est-il martelé dans les médias. Il nous a été expliqué, avec beaucoup d’assurance, que le nouveau système permettrait à chacun d’entre nous de savoir à tout moment combien il pouvait espérer à la lecture de son compte « retraite », sur lequel seraient comptabilisés tous ses points accumulés au cours de sa carrière. Cela était présenté comme une grande avancée par rapport à la situation actuelle, avec ses quarante-deux régimes et leurs règles de calcul toutes différentes.

Or une telle présentation est totalement erronée.

S’il est exact que chacun pourra connaître à chaque instant le nombre de points accumulés, cela ne donne aucune information fiable sur le montant de la pension qu’il peut espérer à moyen ou long terme. En effet, le montant de la pension au jour de son départ à la retraite dépend non seulement du nombre de points accumulés, mais encore de la valeur du point déterminée à ce moment-là. Or, celle-ci n’est pas garantie et peut évoluer annuellement en fonction des besoins financiers du régime.

S’il est exact que chacun pourra connaître à chaque instant le nombre de points accumulés, cela ne donne aucune information fiable sur le montant de la pension qu’il peut espérer à moyen ou long terme

Pour s’en convaincre il suffit de reprendre l’évolution des taux de rendement instantanés de l’Agirc et de l’Arrco, régimes complémentaires en points des salariés du secteur privé. Entre 1973 et 2019, ils ont été divisés respectivement par 1,9 et 2,4, passant ainsi de 11,1 % à 5,81 % à l’Arrco et de 13,6 % à 5,81 % à l’Agirc.

Une des caractéristiques majeures des régimes en points est en effet leur adaptabilité au contexte démographique et économique, le montant de la pension à la liquidation pouvant être plus facilement ajusté dans un régime en points que dans un régime en annuités.

Gardons-nous toutefois de toute naïveté. En réalité, que les régimes soient en points ou en annuités, ils mobilisent, pour assurer leur équilibre financier, les trois leviers que sont le décalage de l’âge de départ, le niveau des pensions (à la liquidation mais également une fois la retraite liquidée), ou encore le niveau des ressources (cotisations et autres).

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif