Le salaire fou d’un urgentiste intérimaire pour une seule journée de travail

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Voilà une rémunération qui fait polémique. Au centre hospitalier Émile Muller de Mulhouse, dans le Haut-Rhin, une journée de garde a été proposée à un médecin urgentiste intérimaire pour la modique somme de 2.200 euros, samedi 28 décembre. L’information est révélée par le quotidien local L’Alsace et n’a pas manqué de susciter bon nombre de réactions au sein de l’hôpital qui fait pourtant face à une situation financière des plus délicates : son service des urgences est en crise et il réclame davantage de moyens depuis de longs mois désormais. Comme bon nombre de centres hospitaliers à travers le pays.
>> À lire aussi – Bug à la CPAM : des dizaines de médecins ont été envoyés à la retraite par erreur
L’établissement manque également de médecins titulaires, d’où le recours aux intérimaires. Problème : en période de fêtes de fin d’année, cela peut revenir très cher dans le budget hospitalier. Auprès de France 3 Grand Est, la directrice du centre Émile Muller confie ne pas avoir d’autres alternatives. “On a ouvert le recrutement à l’intérim au mois d’octobre pour les fêtes de fin d’année. Et je n’ai pas eu de candidats. C’est sûr que plus vous êtes en difficulté, plus vous cédez à la surenchère financière”, explique-t-elle, avouant être au final “contrainte” de payer des montants exorbitants pour avoir l’assurance de disposer d’un médecin en cette période cruciale.
Les dérives d’un système
Cela n’empêche pas la polémique d’enfler. Auprès de la chaîne locale, le secrétaire CFDT du Groupement hospitalier Mulhouse Sud-Alsace a bien du mal à se contenir, estimant qu’il y a une différence de traitement entre les personnels soignants et ces médecins intérimaires. “Il y a quelques semaines, nous avons manifesté parce que la direction voulait impacter une partie de la prime de services des agents. Alors qu’on voit là qu’on arrive à trouver de l’argent pour rémunérer ces médecins intérimaires”, déplore-t-il, évoquant des tensions et des “agents (qui) sont à bout”.
>> À lire aussi – L’Ordre des médecins étrillé par la Cour des comptes
Ce genre de rémunération n’est toutefois pas inédit. En septembre dernier, Europe 1 avait abordé le sujet dans une longue enquête, affirmant que le recrutement de médecins intérimaires avait explosé face à la pénurie de titulaires, et exposant les dérives de ce système. La radio évoquait ainsi des gardes de 24 heures pouvant atteindre une rémunération de 5.000 euros un 31 décembre et des praticiens demandant parfois à travailler à temps partiel dans leur centre hospitalier de rattachement afin de pouvoir effectuer des missions d’intérim payées à des tarifs bien plus avantageux que leurs salaires fixes.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif