Le patron d’une droguerie offre 5.000 euros pour trouver un successeur

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

L’affiche ne passe pas inaperçue sur la vitrine du magasin : “Qui veut gagner 5.000 euros ?”. Une question posée par Jean-François Feldman, 63 ans et patron de la droguerie Monvoisin à Strasbourg (Grand-Est). L’homme souhaite prendre sa retraite et se concentrer sur son site de vente en ligne. Problème, il ne parvient pas à trouver de repreneur pour son commerce qui vend de tout, de la literie à la papeterie en passant par l’électroménager, le tout à prix discount, détaille France Bleu.
Face à ses difficultés pour passer la main, Jean-François Feldman a décidé de faire appel à ses clients. “Communiquer sur le fait qu’on veut céder une activité c’est très difficile donc j’ai proposé à mes clients de m’aider à trouver un repreneur. Est-ce qu’ils connaissent quelqu’un, un beau-frère, un cadre dans une banque, un professeur des écoles, je ne sais pas, qui a envie de changer complètement de métier ?” Si l’un des clients de l’enseigne est le premier à lui trouver la personne qui reprendra la droguerie “le jour de la vente, je [lui] donne 5.000 euros”, affirme le patron.
Fort potentiel
Une belle offre d’autant plus que l’enseigne bénéficie déjà d’une clientèle solide et représente, selon le patron, “l’une des plus belles affaires commerciales de Strasbourg avec un fort potentiel de développement”. Elle emploie actuellement trois salariés. Les personnes intéressées par la reprise de cette droguerie doivent adresser leurs propositions à Jean-François Feldman directement.
>> A lire aussi – La liste des six magasins Mr Bricolage qui risquent de fermer
Les commerces de proximité peinent parfois à trouver des repreneurs face aux difficultés rencontrées dans les enseignes dans les centres-villes. Le phénomène touche les grandes villes comme les communes plus modestes. En décembre dernier, un boulanger de Saint-Georges-de-Reintembault (Ille-et-Vilaine) a décidé de céder son commerce pour un euro symbolique, raconte le site actu.fr. A 67 ans, l’entrepreneur avait dû reprendre le travail pour éviter de fermer définitivement ce petit commerce indispensable à la commune de 1.500 habitants.

Plus d'articles

Recevez votre fiche de calcul

Une fiche de calcul simple pour evaluer le potentiel de rendement d’un investissement!