Le neveu de Marcel Campion face à un nouvel accident de manège, mortel cette fois

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Un terrible drame s’est noué samedi 4 juillet dans un parc d’attraction proche de Beauvais. Une jeune femme de 32 ans a chuté d’un manège en marche. “Une personne est tombée du Coaster Formule 1 et elle n’a pas pu être réanimée”, a confirmé au Parisien Gilles Campion, le directeur du parc. “Toutes les équipes se joignent à la famille pour exprimer leur plus profonde tristesse suite à cet événement”, a part ailleurs ajouté la direction du parc dans un communiqué. Une enquête a été ouverte.
Pour l’heure, les circonstances exactes du drame restent encore inconnues. “Nous attendons les résultats de l’autopsie et l’expertise du manège en cause. Celle-ci nous permettra de voir si l’attraction était aux normes et utilisée de manière conforme par l’exploitant et par la victime”, a indiqué le procureur de la république de Beauvais, Florent Boura. L’attraction a été immédiatement fermée au public jusqu’à nouvel ordre.
>> A lire aussi – Le nouveau projet de grande roue de Marcel Campion
Si dans ces montagnes russes des barres de sécurité individuelles protègent les passagers, la vitesse fait sauter ou secoue les occupants de l’attraction. De quoi remettre en cause la sécurité de ce manège ? “À un moment, dans le manège, on a les fesses qui se lèvent. Et on a juste une barre pour nous retenir. On n’a pas de ceinture. On a rien. Et je trouve qu’il va trop vite pour le circuit qu’il a. Et il n’y a pas assez de sécurité. Mais ce n’est que mon avis”, confie un jeune homme à France 3 Hauts-de-France. Un avis partagé par d’autres visiteurs. “Ma femme m’a demandé pourquoi je ne le faisais pas. Mais mon beau-père, qui mesurait plus d’un 1m90 pour 130 kilos, arrivait à se soulever. Alors celui-là, non, je ne le fais pas. La sécurité n’y est pas”, surenchérit un père de famille.
Une ouverture validée par la commission de sécurité
Pour le directeur du parc, Gilles Campion, neveu du “Roi des forains”, les manèges sont en règle et vérifiés régulièrement. “Ce sont des manèges qui ont des contrôles périodiques par des sociétés agréées”, affirme-t-il. D’autant qu’avant le 6 juin, date de sa réouverture, la commission de sécurité avait donné son feu vert. Ce que confirme à France 3 Gérard Hedin, le maire de Saint-Paul : “Des analyses techniques ont été faites par les organismes de sécurité. Rien n’a été mis en cause pour dire que ce manège était défectueux. Et il y a eu autorisation d’utiliser ce manège”.
>> A lire aussi – Puy du fou, Parc Astérix … la recette de nos parcs d’attraction pour se remettre de la crise
Cet accident mortel n’est pas le premier qu’a connu le Coaster Formule 1. En août 2009, une femme de 35 ans avait elle aussi perdu la vie en chutant de l’attraction dans un virage. L’enquête avait conclu que l’accident était dû “au comportement inapproprié de la victime”. En août 2005, quatre personnes avaient été gravement blessées après le détachement d’une nacelle à pleine vitesse, rappelle Le Parisien. Une lourde réputation pour le parc de Gilles Campion, déjà condamné en 2007 à quatre mois de prison avec sursis et plusieurs milliers d’euros de dommages et intérêts pour deux accidents dont celui de la nacelle.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif