Le dollar va-t-il caler, avec le chômage de masse et la pandémie aux Etats-Unis ? Le conseil Bourse du jour – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le dollar se reprend face à l’euro depuis le weekend dernier, porté par un regain d’aversion au risque. La justice allemande vient de mettre des bâtons dans les roues de la BCE sur son programme anti-crise, tandis que les Etats-Unis ont, une fois de plus, repris les hostilités avec la Chine. L’oncle Sam a affirmé disposer d’un “nombre significatif de preuves” que le coronavirus provient d’un laboratoire de la ville de Wuhan, berceau de la pandémie. Des propos qualifiés de “déments et imprécis” par la télévision publique chinoise. Cette évolution a relancé les inquiétudes sur les marchés, “une nouvelle guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine” étant “la dernière chose que les investisseurs souhaitent en ce moment”, comme l’a souligné Hussein Sayed, analyste chez FXTM.

Outre-Atlantique, la Réserve fédérale américaine (Fed, banque centrale de l’oncle Sam) a annoncé dernièrement quelques ajustements à ses programmes de prêts récemment annoncés. “Le président Powell s’est engagé à maintenir les mesures extraordinaires en place aussi longtemps que nécessaire, mais à part cela, aucune nouvelle pouvant faire bouger le marché n’est sortie de la réunion de la Fed la semaine dernière”, relève la société fintech Ebury (services de change et de financement flexible).

L’explosion du chômage et la propagation de la pandémie de coronavirus inquiètent aux Etats-Unis

Reste que le rapport sur les salaires de vendredi “devrait montrer des sauts spectaculaires dans les pertes d’emplois et le chômage”, souligne-t-elle. Plus négative que le consensus, elle s’attend à un chiffre de 20%, reflétant les pertes brutales d’emplois au cours des dernières semaines. “L’attention se tournant maintenant vers les plans de réouverture des différentes économies, les chiffres très élevés de la contagion et des décès aux États-Unis nous amènent à penser que le rebond américain sera à la traîne de la zone euro, ce qui mettra un plancher sous l’euro”, juge Ebury.

Que dit l’analyse technique ?

Depuis la rupture baissière de la MMS (moyenne mobile simple) à 10 mois en mai 2018, l’euro a plongé jusqu’à 1,0636 dollar (soit un drawdown – perte maximale – 2018/2020 de 1919 pips !). “Comme vous le constatez, toutes les tentatives de reconquérir cette moyenne mobile (aujourd’hui à 1,1026) ont échoué, exception faite d’une impressionnante explosion en mars dernier vers 1,1495 très vite dégonflée. Pour arrêter les dégâts, l’euro devrait clôturer le mois au-delà de 1,1026 pour espérer revoir 1,1368 et 1,1495 dollar”, juge Robert Haddad (Banque SBA).

Sinon, une rupture décisive de la ligne de tendance de 20 ans à 1,0837 devrait précipiter l’euro vers 1,0636 dollar et par extension 1,0341 dollar, un support de janvier 2017.

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif