Le cumul-emploi retraite simplifié pour le personnel soignant, délai allongé pour payer vos amendes d’excès de vitesse… Le flash éco du jour – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le coup de gueule du jour pourrait être poussé pas des salariés passés en chômage partiel et devant rembourser un crédit immobilier. Certains emprunteurs craignent d’avoir du mal à payer leurs échéances. Si ces derniers pensaient faire jouer la garantie perte d’emploi souscrit au sein de leur assurance de prêt, ils vont être déçus : cette garantie facultative ne leur sera d’aucun secours, puisqu’elle ne couvre généralement que les situations de licenciements économiques. Le chômage partiel, au même titre que la démission, la rupture conventionnelle ou encore la fin d’un CDD, n’est donc pas concerné. Sachez d’ailleurs que cette garantie s’avère dans son ensemble bien souvent inutile, même les courtiers la déconseillant. “Ces garanties sont très chères et présentent des conditions très strictes” concède à Capital la porte-parole du courtier Meilleurtaux.

Le chiffre du jour : 90 jours. C’est le nouveau délai accordé aux automobilistes pour payer ou contester une amende. Et oui, malgré le confinement, les radars continuent à flasher. Or, une amende forfaitaire doit être payée dans les 45 jours, ou 60 jours sur internet, après la date d’émission de l’avis de contravention. Si ce n’est pas le cas, le montant est alors majoré et la facture peut devenir très salée. Actuellement, les Français confinés loin de chez eux, dans leur résidence secondaire notamment, ne peuvent consulter leur courrier et donc prendre connaissance d’une possible verbalisation. Pour éviter que ceux-ci soient injustement pénalisés, le gouvernement prolonge exceptionnellement le délai de paiement et de contestation des amendes de 45 à 90 jours. “Cela concerne tous les avis de contravention émis à partir du 12 mars 2020”, nous a précisé la Sécurité routière.

L’info pratique Capital. Bonne nouvelle pour les professionnels de santé retraités qui reprennent une activité pendant l’épidémie de Covid-19. Ces médecins ou infirmiers se retrouvent en effet en situation de cumul emploi retraite. Or celui-ci répond à des règles strictes. Heureusement, l’assurance retraite vient de mettre en place un dispositif temporaire dérogatoire. Il est prévu que toutes les personnes retraitées qui poursuivent ou reprennent une activité salariée relevant du régime général dans un établissement de santé, puissent le faire sans aucun délai, y compris chez leur ancien employeur. Elles pourront ainsi bénéficier du cumul emploi retraite total, sans aucune condition. En espérant que cela encourage ces anciens soignants à rejoindre leurs confrères engagés dans la lutte contre le coronavirus.

On termine par l’annonce de l’Elysée. Dans la soirée, ce mercredi, la présidence a annoncé que le confinement des Français “va être prolongé” au-delà du 15 avril. Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir peu après 20 heures pour présenter ses décisions concernant la lutte contre l’épidémie de coronavirus durant les prochaines semaines. La nouvelle durée du confinement, n’a pas encore été annoncée mais le sujet devrait être abordé par le chef de l’Etat lors de son allocution le lundi de Pâques.

> Réécoutez et abonnez-vous à ce podcast (Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Google Podcasts, Soundcloud…) ainsi que sur les enceintes connectées Google Home, Amazon Echo et Apple HomePod.

> La saga des marques, 21 millions (sur les cryptomonnaies)… retrouvez tous les podcasts de Capital et de Prisma

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif