Le coronavirus a mis KO le marché de l’immobilier de luxe à Paris – Le Parisien

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Hyper-performant avant la crise du coronavirus, le secteur du luxe en Île-de-France pourra-t-il y résister? « Ce sera difficile, mais on peut éviter la grande catastrophe », se veut rassurant Alexander Kraft. Et l’agent immobilier de rappeler que la crise ne s’est pas arrêtée avec le déconfinement : « Le monde est connecté. La crise, si elle est mal gérée dans certains pays, provoquera des ruptures dans les chaînes de distribution, sur les marchés financiers… et au final sur l’immobilier. »

Les prochains mois pourront donc voir l’accélération de ce que constataient déjà les professionnels depuis plusieurs mois : un développement du haut de gamme en dehors de Paris, surtout à l’ouest. « Il y a une tendance de fond qui est l’évolution horizontale de la capitale, déjà en rails avec le Grand Paris », expose Hugues De La Morandière.

« Nos équipes dans les Hauts-de-Seine et les Yvelines reçoivent, depuis plusieurs jours, plus de demandes qu’avant », confirme Richard Tzipine, directeur général de Barnes. Cette tendance pourrait conduire, selon lui, à un « rééquilibrage » des prix entre la petite couronne et Paris, même s’il prévient : « Il ne faut pas non plus s’attendre un exode. »

Les professionnels rappellent aussi que – loin de l’imaginaire que l’on a des riches étrangers achetant tout plein d’appartements – les étrangers ne représentent qu’une infime part des acheteurs dans le marché du luxe, largement dominé par les Français. « C’est possible qu’il y ait un ralentissement, mais Paris reste attractive », confirme Richard Tzipine.

Chaque matin, l’actualité vue par Le Parisien

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif