Le chanvre réduit il l’inflammation pulmonaire et la fibrose ?

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Peut-il aider à traiter une maladie inflammatoire ou une gêne respiratoire

Certaines études suggèrent que le chanvre est un traitement efficace pour minimiser, l’inflammation subit par les asthmatiques. L’asthme est caractérisé par une inflammation pulmonaire chronique et une hyperréactivité des voies respiratoires. L’anomalie fonctionnelle caractéristique de l’asthme, entraîne un rétrécissement des voies aériennes en réponse à une cause externe ou interne capable de provoquer la réaction d’un système excitable. L’asthme demeure un problème de santé publique majeur et, à l’heure actuelle, il n’existe aucune intervention efficace capable d’inverser le remodelage des voies respiratoires.

Il n’y a pas de remède contre l’asthme, le traitement implique donc de gérer les symptômes et de prévenir les complications. En revanche, il y a un intérêt croissant pour l’utilisation du cannabis médicale pour traiter une gamme de conditions de santé, y compris l’asthme.

Étude de cas

Même dans la communauté médicale, il existe depuis longtemps un débat sur la question de savoir si le cannabis est utile aux patients asthmatiques lorsqu’il est fumé. L’asthme est une maladie inflammatoire chronique et le cannabis est un anti-inflammatoire connu, alors les avantages pourraient-ils l’emporter sur le risque de fumer?

L’écrivain français Marcel Proust consommait régulièrement du cannabis pour gérer les symptômes de l’asthme, le qualifiant de « cigarettes anti-asthmatiques ».

 Une étude de 1973 cite la capacité du THC à dilater les voies respiratoires et à inhiber la toux comme facteurs qui le rendent bénéfique pour certains patients. Il s’avère que la fumée de cannabis est l’opposé de la fumée du tabac sur le fait qu’il dilate plutôt qu’il ne restreint les voies bronchiques.

Dans une autre étude menée au Japon, en 2005, les chercheurs ont découvert que les récepteurs endocannabinoïdes inhibent l’inflammation neurogène porcine, empêchant l’accumulation de muqueuses qui provoque l’asthme et la bronchite (bronchite).

Une autre étude menée en Allemagne en 2011 sur des souris de laboratoire a montré qu’il y avait suppression d’une réponse immunitaire allergique aux souris recevant du THC et évitait ainsi une réaction allergique aiguë.

En 2011, le Professeur Raphael Mechoulam dans une vidéo parle des effets positifs du cannabis sur des patients asthmatiques.

Une étude de 2012 utilisant des données sur une période de 20 ans a donné des résultats étonnants: les fumeurs de weed avaient non seulement une meilleure fonction pulmonaire que les fumeurs de cigarettes, mais les fumeurs de weed «faibles à modérés» avaient également une meilleure capacité pulmonaire que les personnes qui ne fumaient rien. Cependant, pour de nombreux asthmatiques, fumer peut causer plus de problèmes : même si la fumée contient des cannabinoides bénéfiques, cela ne vaut pas vraiment la peine d’irriter encore plus les poumons déjà sensibles.

Les résultats d’une étude animale publiée en 2015 suggèrent que le cannabidiol pourrait bénéficier aux personnes asthmatiques, en raison de son action anti-inflammatoire. À ce stade, il n’y a pas suffisamment de preuves pour garantir qu’il peut être sûr et efficace pour l’asthme. Cependant, il est possible que les effets anti-inflammatoires et antispasmodiques en réduisent les symptômes. L’asthme est connu pour être une maladie hétérogène, c’est-à-dire pour un certain nombre de raisons différentes de l’épidémie (comme la génétique, le climat et la nutrition). Le cannabidiol (CBD) est connu pour exercer des effets immunomodulateurs par l’activation des récepteurs cannabinoïdes CB1et CB2 situés dans le système nerveux central et les cellules immunitaires, respectivement. Cependant, comme le rôle du CBD sur le remodelage des voies aériennes et les mécanismes du CB1et CB2 ne sont pas entièrement élucidés, cette étude a été conçue pour évaluer les effets du cannabidiol dans ce scénario.

Des études de 2016 ont également suggéré qu’un type de THC pourrait avoir des propriétés bronchodilatatrices, ce qui signifie qu’il pourrait aider à faciliter la respiration des personnes souffrant d’asthme. Cependant, il est souvent difficile d’étudier l’effet du cannabis et de ses composants, la plupart des personnes qui consomment du cannabis utilisent toute la plante et la fument régulièrement. Cela peut compliquer l’évaluation des effets positifs sur les poumons.

La consommation de cannabis affecte-t-elle la santé pulmonaire?

La recherche médicale a montré à plusieurs reprises que le cannabis peut être bénéfique pour la santé pulmonaire. Cela ne signifie pas nécessairement que le cannabis nuit aux poumons, cela signifie simplement que fumer n’importe quoi peut introduire des produits chimiques indésirables dans le système respiratoire. Surtout avec le cannabis récréatif en vente dans la rue.

Existe-t-il une autre façon de consommer et peut-elle aider à réduire les symptômes de l’asthme?

À partir des années 1950, lorsque les chercheurs ont conclu que c’était une maladie inflammatoire, l’utilisation de bronchodilatateurs tels que le salbutaméthol, que nous connaissons sous le nom de ventoline et de corticothérapie, a commencé. La méthode pharmaceutique la plus courante pour traiter les crises d’asthme consiste à utiliser des corticostéroïdes administrés par des inhalateurs qui vaporisent le médicament. Les patients asthmatiques peuvent également être familiarisés avec un nébuliseur, qui est une machine de table qui fait la même chose.

Pour les patient qui souhaite une option de traitement sans stéroïdes, la recherche a révélé qu’une des propriétés médicinales du cannabis est la bronchodilatation et comme solution, il existe la vaporisation. Lorsque le THC est délivré par un vaporisateur, il a toujours les effets de dilatation bronchique presque immédiats sans la fumée nocive. Vaporiser du cannabis n’est pas vraiment différent des traitements actuellement acceptés, juste que c’est peut être un médicament plus efficace.

Les produits comestibles peuvent notamment s’avérer un moyen sûr et sain pour les asthmatiques. Consultez nos recettes en ligne. Soyez prudent avec les produits comestibles car il est assez facile d’en prendre plus que ce qu’une personne peut gérer. Les produits comestibles sont métabolisés dans le système digestif et prennent jusqu’à 45 minutes pour commencer à produire des effets. Différent de la vaporisation, qui produit des effets presque immédiatement, les effets des comestibles seront à la fois plus long et plus fort.

Le résumé des recherches décrite dans cet article n’est pas un avis médical, nous vous recommandons de consulter votre médecin. D’autres études seraient nécessaires pour apronfondir ce sujet afin d’obtenir des données fiables.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif