Le CAC40 lesté par les craintes sur le commerce et le coronavirus

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le CAC40 est attendu en légère hausse à l’ouverture, alors que Wall Street a effectué un virage à 180 degrés en cours de séance ce jeudi, finissant même dans le vert. Reste que les récents propos de Donald Trump inquiètent, que les chiffres publiés par la Chine sont loin d’être reluisants, en dépit d’une progression de la production industrielle, et que le président américain remet de l’huile sur le feu sur le front commercial et que la trajectoire de la pandémie continue d’inquiéter dans de nombreux pays du monde.
“Les données publiées en Chine au cours de la séance asiatique confirment que le choc sur la demande reste massif, y compris après que les mesures de confinement aient été levées. Les ventes au détail sont ressorties en recul de -7,5% en glissement annuel, l’investissement en retrait de -10,3% et la production industrielle est, en revanche, en progression de 3,9%”, rapporte Saxo Bank. L’impact du coronavirus sur la demande semble donc être durable, tandis que l’offre est en mesure de se rétablir assez rapidement une fois que la situations sanitaire se soit embellie. “Ces chiffres chinois sont surveillés de près car ils vont servir d’indicateurs aux investisseurs pour savoir ce qui attend l’Europe et les Etats-Unis dans les semaines et les mois à venir. Ce qu’on peut retenir c’est qu’il n’y aura certainement pas de rétablissement rapide de la demande dans les pays développés”, assène la banque danoise.
>> A lire aussi – La Chine peut-elle dépasser les Etats-Unis ?
Quant aux relations entre les deux premières puissances mondiales, Donald Trump intensifie ses critiques et ses menaces à l’encontre de la Chine. Il précisait d’abord qu’il ne souhaitait pas parler à Xi Jinping, puis a “énoncé un nombre de mesures de rétorsion possibles, concernant leur gestion de la crise sanitaire et en cas de non-respect de l’accord commercial de phase 1. En effet, le président américain suggérait de refuser toutes demandes de visa pour les étudiants chinois dans les secteurs liés à la sécurité nationale, comme les ordinateurs quantiques ou l’intelligence artificielle, entre autres. Il a également précisé que les Etats-Unis pourraient couper toutes les relations avec la Chine et que la première puissance mondiale y gagnerait 500 milliards de dollars, en référence au montant des importations américaines de produits venant de Chine”, souligne IG France.
Par ailleurs, le numéro un mondial des puces informatiques TSMC, a annoncé qu’il construirait une usine en Arizona, représentant un investissement de 12 milliards de dollars et pouvant créer 1600 emplois sur le sol américain. “Cette annonce ne devrait pas plaire à la deuxième puissance mondiale, alors que cette dernière considère Taiwan comme faisant parti de la Chine”, relève le courtier.
>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés
Sur le sujet de la pandémie, malgré une communication rassurante de l’administration américaine, le nombre de nouveaux cas recensé hier a fait ressortir “la plus forte hausse depuis le 7 mai dernier, selon les données de l’université John Hopkins et de nombreux Etats, au-delà de New York et du New Jersey, voient leurs chiffres progresser rapidement. Ces données semblent confirmer les informations données par le Dr Fauci lors de son audition devant le Sénat, sur le fait qu’une réouverture trop rapide de l’économie augmenterait de façon significative les risques de voir une seconde vague au sein de la première économie mondiale”, souligne IG. La Russie et le Brésil continuent de voir le nombre de nouveaux cas augmenter fortement et ce dernier a d’ailleurs constaté la plus forte hausse depuis le début de l’épidémie hier, à 13 000 en 24h.
>> A lire aussi – Bourse : 12 raisons de “vendre ses actions en mai”, cette année
Que dit l’analyse technique ?
Du point de vue de l’analyse graphique, le bureau d’études DayByDay observe “une bougie noire avec une longue mèche basse, réalisée dans des volumes important à 3,60 milliards d’euros. Les cours ont ouvert un second gap (trou de cotation) baissier et se sont approchés du support à 4.143 points. Les acheteurs sont revenus à proximité du support : avec le rebond des marchés américains, ces gaps pourraient être comblés rapidement”, rapporte AOF.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif