Le boom des arnaques à la SCPI… et comment vous en prémunir

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

La méthode est lugubre mais le piège est parfait. Depuis plusieurs mois désormais, des investisseurs floués contactent l’Autorité des marchés financiers pour dénoncer les arnaques aux sociétés civiles de placement immobilier qui fleurissent sur Internet. “Ils prennent notre nom, copient d’anciens documents juridiques de notre société, fournissent de faux certificats de propriété de parts de SCPI”, soupire Julien Vrignaud, fondateur d’Euodia Finance, cabinet en gestion de patrimoine indépendant gérant le site SCPI-8, courtier en SCPI.
Après avoir pris contact avec leurs cibles à l’aide de fausses adresses mail imitant celles des dirigeants du courtier, les escrocs leur proposent d’investir dans une société de civile de placement immobilier. Armés de leurs mensonges, les faux conseillers proposent à leurs prospects de discuter investissement par téléphone. “Dans un premier temps, on vous appâte en vous faisant remplir un formulaire puis vous êtes rappelés. Le téléphone est un outil de manipulation majeur”, déplore Claire Castanet, directrice des relations avec les épargnants à l’AMF, l’Autorité des marchés financiers. Quelques coups de fil et envois de mails plus tard, les proies des arnaqueurs sont convaincues que leurs économies seront bien placées et procèdent à des virements conséquents. Les montants en question donnent le vertige : 34.000 euros pour un investisseur persuadé d’investir sur la véritable plateforme SCPI-8, 300.000 euros pour une autre victime arnaquée pendant plusieurs mois… “Toutes les économies de leur vie y passent”, se lamente Julien Vrignaud. Des sommes que ces malheureux ne reverront plus jamais, malgré le dépôt de plainte du groupe Euodia le 8 janvier 2020.
Des sommes colossales
L’exemple de l’usurpation d’identité de SCPI-8 et de ses dirigeants n’est pas le seul, loin de là. Car l’arnaque aux placements dans la pierre papier se développe à très grande vitesse. “En 2018, le service Epargne Info Service de l’AMF n’avait reçu aucun appel concernant des usurpations de SCPI. Le phénomène a débuté significativement en juin 2019”, précise Claire Castanet. Très rapidement, les remontées aux services de l’Autorité des marchés financiers se multiplient, avec un pic de 43 appels rien que pour le mois de novembre 2019. Sur l’année écoulée, 250 demandes relatives à de fausses SCPI ont été adressées à AMF Epargne Info Service, dont “près de 30 % de réclamations de particuliers qui affirment avoir perdu de l’argent”, affirme Claire Castanet. Un pourcentage qui représente 74 dossiers et un montant total de 4,7 millions d’euros, soit un préjudice moyen de plus de 63.500 euros… Tous les types d’investisseurs sont touchés, rappelle la directrice des relations aux épargnants de l’AMF : “Une réclamation que nous avons reçue porte sur un montant de 11.000 euros, ce qui nous est présenté comme l’épargne de toute une vie. Mais les sommes peuvent être bien plus importantes”.
>> Notre service – Investissez dans la SCPI qui convient à vos besoins grâce à notre comparateur
Les investisseurs trop confiants ?
Au vu des montants en question, difficile de comprendre comment les victimes ont pu miser autant sans réellement connaître leurs interlocuteurs. Si la crédulité de certains est regrettable pour leurs économies, il faut aussi reconnaître que la technique des criminels de la toile est bien rodée. Pour attirer l’investisseur, rien de tel que de proposer de la pierre papier. “La SCPI, c’est un produit qui a le vent en poupe, explique Claire Castanet. Certains de ces placements ont réalisé de très belles performances”. Un placement en effet très rentable en 2019, avec un rendement moyen de 4,51 % avant fiscalité. De quoi faire saliver les internautes qui prennent encore plus confiance une fois que le faux conseiller les a contactés. Pour finir de les convaincre, les documents soumis aux proies des escrocs sont quasiment identiques aux originaux de la véritable plateforme de SCPI, lorsque l’identité de celle-ci est copiée. Les victimes, confrontées à un placement qu’elles connaissent mal, voire pas du tout, ne se doutent donc à aucun moment qu’elles transfèrent leurs économies à des malfaiteurs lors des virements. Il existe pourtant plusieurs moyens de s’assurer de l’identité de son interlocuteur, de l’existence même de la SCPI et que la plateforme est autorisée à distribuer de tels placements.
>> A lire : Les SCPI, une solution idéale pour booster votre future retraite
Vérifier avant d’agir
Pour éviter d’investir dans de fausses SCPI, il ne faut pas se précipiter. Que vous soyez contacté par une plateforme, une personne se déclarant conseiller de gestion en patrimoine ou courtier, ou que vous vous rendiez vous-mêmes sur un site proposant des SCPI ou d’autres produits tels que l’investissement sur le Forex (le marché des changes), vous devez contrôler en priorité l’identité de votre interlocuteur. “Il faut vérifier avec beaucoup de précision l’existence de l’entreprise et si elle est autorisée à exercer”, insiste Claire Castanet. Des contrôles à effectuer sur Regafi, le registre des agents financiers, et l’Orias, le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance. L’experte recommande également de se servir de l’application AMF Protect Epargne ou du site internet dédié, des outils sur lesquels la liste noire des plateformes interdites est régulièrement mise à jour par l’Autorité des marchés financiers. Mais attention : “Vérifier cette liste noire n’est pas suffisant car il existe un décalage et les faux sites se créent très vite”, nuance Claire Castanet.
Surtout, vous ne devez pas donner vos coordonnées téléphoniques sur un formulaire Internet, ni donner suite à aucune sollicitation par mail ou téléphone. Si vous avez répondu à un démarchage téléphonique, il est indispensable de procéder à un contre-appel en contactant le siège de la société concernée puis demander l’interlocuteur que vous venez d’avoir en ligne. Le fait d’être contacté par téléphone doit donc vous mettre la puce à l’oreille. Tout virement d’argent doit obligatoirement être précédé de ces vérifications. Les opérations bancaires hors de France sont à proscrire. Autant de bonnes pratiques qui limitent grandement le risque de voir vos économies partir en fumée.
>> A lire aussi – Revente de parts de SCPI : voici comment procéder pour récupérer votre mise

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif