L’appel à l’aide de “Maman au chocolat” qui doit changer son nom

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

C’est une véritable success story qu’a vécu Catherine Bréard avec sa marque “Maman au chocolat”. À 62 ans, l’entrepreneuse a en effet quitté son poste à Pôle emploi pour se reconvertir dans la cuisine et la pâtisserie. Un nouveau pari lancé en 2014 qui s’avère rapidement payant. Un an plus tard, elle remporte le concours de Paris de la mousse au chocolat. Face à ce succès, l’entrepreneuse décide de lancer sa propre marque. Elle part alors, avec son mari, rejoindre son fils au Japon, raconte Le Parisien.
Son but : y exporter sa recette de mousse au chocolat “tellement française et normande” alors que le produit est quasiment inconnu au pays du Soleil Levant. Là encore, le succès est au rendez-vous. Après avoir été sélectionnée pour participer au marché de Noël de l’Institut français au Japon, “Maman au chocolat” voit en effet les commandes d’épiceries fines, de grands magasins ou de clients particuliers se multiplier.
Atteinte à la notoriété
Mais avec ce succès grandissant, la marque commence à susciter l’inquiétude de ses concurrents. Ainsi, en décembre 2018, Catherine Bréard reçoit un courrier d’un grand groupe international “dont la justice refuse que nous prononcions le nom sous peine d’une poursuite en diffamation”. Il accuse “Maman au chocolat” de faire de l’ombre à ses propres produits, détaille France Bleu.
>> A lire aussi – Patrons de petites entreprises… soumis à de grosses pressions
Dans le courrier avec moratoire de 92 pages, la société demande à la petite entreprise d’abandonner son nom. Déboutés une première fois au tribunal, Catherine et son mari Philippe viennent à nouveau de perdre devant la cour d’appel de Versailles, après un an de procédures. “Pas sur la ressemblance, mais uniquement pour atteinte à la notoriété ! Cela nous coûte déjà 10.000 euros”, regrette le couple dans les colonnes du Parisien annonçant qu’il renonce à se pourvoir en cassation.
“Passer cet obstacle”
La décision de justice a de lourdes conséquences pour l’activité de “Maman au chocolat” qui doit avoir changé son nom avant fin janvier 2020. Au-delà de cette modification dans l’appellation, l’entreprise va également devoir refaire tous les supports et le packaging. “Nous avions des engagements avec des entreprises nippones dont les catalogues sont imprimés et ils nous demandent déjà des pénalités”, s’inquiète Catherine Bréard qui a chiffré les préjudices à 20.000 euros.
>> A lire aussi – Chocolats Leonidas, la mauvaise histoire belge
Une somme dont elle ne dispose pas. Pour tenter de faire face, l’entrepreneuse a donc mis en ligne une vidéo et lancé une cagnotte Litchi, détaille le site actu.fr. Elle en appelle à la solidarité pour “passer cet obstacle”. La campagne “Maman au chocolat a besoin de vous” a, pour le moment, récolté 4.052 euros alors qu’elle se termine dans neuf jours. Le nouveau nom de l’entreprise, lui, devrait être annoncé dans les jours qui viennent.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif