L’annonce de la ministre qui devrait soulager les allocataires du RSA

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Bénéficier du RSA dans le Haut-Rhin, cela se mérite si on le souhaite. Depuis 2017, le département teste la formule “RSA et bénévolat”. Sur la base du volontariat, les allocataires de cette aide peuvent s’inscrire pour effectuer sept heures de bénévolat par semaine, en échange du versement du RSA. Des associations d’aide aux précaires ont craint que ce dispositif soit élargi au niveau national après l’entrée de Brigitte Klinkert au gouvernement, explique Le Monde.
La nouvelle ministre délégué auprès de la ministre du Travail est l’actuelle présidente du conseil départemental du Haut-Rhin. Elle siégeait déjà dans cette administration en 2016, quand a été voté ce dispositif concernant le RSA dans son département. De là à l’imaginer s’inspirer du dispositif “RSA et bénévolat”, il n’y avait qu’un pas franchi par des associations. “Le risque est de voir resurgir les contreparties obligatoires aux allocations et la stigmatisation des personnes toujours accusées de ne pas faire d’efforts pour s’en sortir”, s’inquiète dans Le Monde Florent Gueguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité.
>> A lire aussi – RSA : le nombre de bénéficiaires explose !
“Il faut pratiquer la différenciation”
La principale intéressée a tenu à rassurer. Interrogée sur BFMTV, la nouvelle ministre délégué auprès de la ministre du Travail a assuré que le versement du RSA ne serait pas lié à d’éventuelles heures de bénévolat au niveau national. “Il n’est pas question pour moi de généraliser toutes les politiques que j’ai mise en place sur le département du Haut-Rhin”, a déclaré Brigitte Klinkert. “Ce qui fonctionne dans le Haut-Rhin ne fonctionnera pas obligatoirement dans tous les autres territoires même si aujourd’hui il y a 15 départements qui nous ont suivi.”
>> A lire aussi – RSA, aides aux personnes âgées… quels bénéficiaires, selon les départements ?
Si elle a défendu cette “bonne formule”, qui “recrée lien social” et rend “heureux” les bénéficiaires du RSA qui s’y prêtent, la ministre déléguée reste consciente des limites de celle-ci au niveau national. “Il faut pratiquer la différenciation. Ce qui est possible sur un département n’est pas possible sur tous les départements. Et ça tombe bien parce que c’est aussi ce que veulent faire le président de la République et le Premier ministre”, a ajouté Brigitte Klinkert. De quoi rassurer les allocataires du RSA et les associations.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif