La ville de Montpellier va porter plainte contre Nicole Belloubet

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le maire de Montpellier ne décolère pas. Après la décision de la ministre de la Justice d’implanter la nouvelle cour administrative d’appel à Toulouse et non dans sa ville, Philippe Saurel a décidé de contre-attaquer. Comme le rapporte Midi Libre, l’édile a décidé de porter plainte contre la garde des Sceaux pour “prise illégale d’intérêt”. “Nicole Belloubet a menti, sur l’argent, sur le calendrier et sur la décision. Nous avons découvert que le bureau d’étude chargé d’évaluer les sites de Montpellier et Toulouse est situé à Blagnac. Son principal client est la métropole (toulousaine)”, a dénoncé lors d’une conférence de presse Philippe Saurel.
>> A lire aussi – Montpellier : la métropole va devoir rembourser 400.000 euros à cause… d’un bug informatique
C’est donc auprès de la cour de justice de la République, à même de juger des ministres, que le maire de Montpellier compte déposer une plainte, au nom de la ville. Philippe Saurel suspecte un “conflit d’intérêts” dans la décision d’implanter la nouvelle cour administrative d’appel à Toulouse. “Nous pressentons l’existence d’un conflit d’intérêts dans cette décision en lien avec les intérêts électoraux de madame Belloubet avec la ville de Toulouse. Or, un ministre n’a pas le droit d’intervenir dans les sujets où il détient des intérêts”, a par ailleurs ajouté Me Gilles Gauer, l’avocat de la ville de Montpellier. Comme le rappelle BFM TV, Nicole Belloubet a été première adjointe à la mairie de Toulouse de 2008 à 2010 pendant le mandat du maire socialiste Pierre Cohen.
Un timing qui pose problème
Autre élément mis en cause par Philippe Saurel : le calendrier des investitures LREM aux municipales. En effet, le maire sortant de Toulouse Jean-Luc Moudenc a accepté l’investiture du parti présidentiel, en même temps que le choix de l’implantation de la nouvelle cour administrative d’appel. “Cela prête à suspicion et va à l’encontre de l’intérêt général quand on sait que le volume traité par Montpellier est de 10 à 12.000 affaires par an contre 6.000 à Toulouse”, dénonce le maire divers gauche de Montpellier, relayé par BFM TV.
>> A lire aussi – Toulouse : l’Etat ne supprimera pas le “petit péage le plus cher de France”
Pour justifier son choix, Nicole Belloubet avait avancé l’argument financier. Selon elle, les investissements pour le site de Montpellier auraient été de 7,5 millions d’euros contre 5.3 millions d’euros pour Toulouse. Des chiffres que la ville de Montpellier dénonce. D’autant que l’agence chargée de l’étude de faisabilité indique sur son site que les travaux pour la nouvelle cour administrative d’appel à Toulouse sont estimés entre 8 et 8,5 millions d’euros.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif