La viande est-elle mauvaise pour la santé ?

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

En 2009 déjà, l’Agence française de sécurité sanitaire (Anses) pointait les dangers induits par une consommation quotidienne de viande rouge et de charcuterie. Mais c’est surtout en 2015, dans un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé et du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), que le rôle joué par ces aliments dans le déclenchement de cancers a été mis en évidence. Ainsi, on y apprend que la viande transformée, la charcuterie pour l’essentiel, est «cancérogènes pour l’homme», tandis que la viande rouge et le porc sont «probablement cancérogènes».
>> À lire aussi : La surconsommation de charcuterie augmente la mortalité, mais pas de quoi paniquer
Parmi les cancers le plus souvent associés à la viande figurent celui du côlon et, dans une moindre mesure, ceux de la prostate et du pancréas, selon les auteurs de l’étude. D’autres estiment que la surconsommation de viande favorise les maladies cardiovasculaires, le diabète… L’OMS recommande donc d’en manger 500 grammes par semaine au maximum (toutes les viandes de boucherie : bœuf, veau, porc, agneau, mouton, chèvre…) répartis en deux ou trois portions…
>> À lire aussi : “D’ici 2026, nous espérons bannir le poulet standard de nos assiettes”
Mais peut-on affirmer que la viande est mauvaise pour la santé ? A-t-on besoin d’en manger une quantité minimum pour rester en bonne santé ou faut-il, au contraire, en cesser toute consommation ? Chez quelle population observe-t-on les plus graves carences en vitamine B12, en zinc et fer ? Les végétariens, les végans sont-elles des populations plus fragiles ? Et quelles sont les carences touchant spécifiquement les omnivores ? Pour nous répondre et nous aider à y voir plus clair, le Débat Capital a reçu deux spécialistes : Mathieu Pecqueur, directeur général du syndicat des entreprises de viandes Culture Viande, et le Dr Jérôme Bernard-Pellet, médecin nutritionniste et membre de l’Association de Professionnels de Santé pour une Alimentation Responsable (APSARES).
>> Retrouvez aussi l’intégralité du Débat Capital n°10 : Mange-t-on trop de viande ?

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif