La valeur du jour à Wall Street – ORACLE flanche en Bourse en raison d’un repli plus prononcé que prévu de l’activité – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

(AOF) – Oracle avait un double obstacle à franchir pour cette publication de résultats. Il est le premier éditeur de logiciels d’entreprise dont la performance a été affectée sur l’ensemble de la période par le Covid-19. La pandémie est en outre tombée au plus mauvais moment pour le spécialiste des bases de données qui terminait son exercice, une époque usuellement très porteuse en termes d’activité. Au final, les revenus d’Oracle sont ressortis sous les attentes et l’action perd 4,08% à 52,36 dollars.

Au quatrième trimestre, clos fin mai, de son exercice fiscal 2020, l’éditeur de logiciels professionnels a enregistré un bénéfice net en repli de 17% à 3,11 milliards de dollars, soit 99 cents par action. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,20 dollar, dépassant de 5 cents le consensus FactSet.

JPMorgan explique cette surpeformance par un contrôle des coûts efficace. Selon plusieurs analystes, la firme fondée par Larry Ellison a aussi profité d’un nombre d’actions et d’un taux d’imposition plus faibles.

En revanche, la première ligne du compte de résultat n’a pas été à la hauteur des anticipations. Les revenus d’Oracle ont reculé de 6% à 10,44 milliards de dollars, ressortant sous les attentes du marché :10,61 milliards de dollars. Ils ont aussi baissé de 4% à taux de change constants.

La déception trouve son origine dans la contre-performance des ventes de licences sur site, qui ont chuté 22% à 1,96 milliards de dollars.

” Dans l’ensemble, notre activité s’est remarquablement bien comportée compte tenu de la pandémie, mais nos résultats auraient été encore meilleurs si les clients des secteurs les plus durement touchés que nous servons, tels que l’hôtellerie, le commerce de détail et les transports, n’avaient pas reporté certains de leurs achats ” a commenté la directrice générale, Safra Catz.

Pour le trimestre en cours, Oracle vise un bénéfice par action hors éléments exceptionnels compris entre 84 et 88 cents par action alors que le marché vise 85 cents.

Il cible également des revenus au mieux en hausse de 1% ou au pire en recul de 1%, soit 9,2 milliards de dollars en moyenne. Le marche vise 9,05 milliards. A taux de change constants, les ventes sont attendues entre une stabilité et une progression de 2%.

L’impact de la pandémie ” repousse le moment de l’accélération des revenus espérée, ce qui peut à son tour exercer une pression sur les actions à court terme, car les investisseurs doivent attendre plus longtemps pour obtenir une amélioration croissance du chiffre d’affaires ” souligne UBS.

AOF – EN SAVOIR PLUS

Informatique – Editeurs de logiciels

La dernière étude menée par EY pour le compte du Syntec Numérique souligne que les éditeurs français ont affiché une croissance de 10% de leur chiffre d’affaires l’an passé (à 16 milliards d’euros). Néanmoins cette croissance avait atteint 13% entre la période 2016/2017. De plus certains de ces grands acteurs traversent des difficultés : ainsi Criteo, numéro deux du classement, a subi un recul de son activité (passée de 2,036 milliards en 2017 à 1,947 en 2018). De même l’activité édition de Sopra Steria a reculé de 619 millions d’euros à 615,5 millions en 2018. Sans les dix premiers éditeurs du classement, le secteur afficherait une croissance de 18%. Le chiffre d’affaires généré par le Saas est passé de 24% à 37 % en trois ans pour les éditeurs. Tous les acteurs de moins de 5 ans développent désormais des offres Saas. La plupart des éditeurs soulignent que la pénurie de talents sur le marché constitue un frein à leur développement.

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif