La Bourse de Paris hésitante, la chute du pétrole alimente les craintes – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Les Bourses européennes devraient ouvrir sur une note hésitante. Le plongeon des cours du pétrole devrait de nouveau occuper l’esprit des investisseurs, aux côtés des conséquences de la pandémie de coronavirus. Sur le front des statistiques, la séance s’annonce plutôt calme. L’évolution hebdomadaire des stocks de pétrole aux Etats-Unis devrait être suivie avec plus d’attention qu’à l’accoutumée. En parallèle, les opérateurs arbitreront les publications trimestrielles de Kering, Atos et STMicroelectronics.

Le cours du pétrole continue de chuter ce matin. “Cette tendance qui semble s’installer, fait ressortir un risque important sur les marchés financiers. Bien que le cours négatif sur le baril constaté lundi était dû à l’arrivée à échéance du contrat de mai, conduisant les investisseurs à vendre celui-ci pour se reporter sur le contrat de juin, la persistance de la tendance baissière montre le désintérêt pour le pétrole au niveau mondial”, souligne Vincent Boy, Analyste marché chez IG France. En effet, les prix négatifs montrent que “la quasi-totalité des investisseurs sur le marché du pétrole sont des investisseurs spéculatifs et qu’aujourd’hui personne ne veut et ne peut accepter de livraisons de pétrole physique. La demande continue de baisser et les capacités de stockage se raréfient. Même un baril à moins de 10 dollars, voire négatif, n’intéresse plus personne”, souligne l’expert. Cela soulève de nombreuses tensions sur le marché du pétrole mais également des conséquences possibles sur l‘économie mondiale…

Vivendi a annoncé qu’à la suite de la vente de 10 % des 100 % du capital d’Universal Music Group (UMG) que la société possède sur la base d’une valeur d’entreprise de 30 milliards d’euros, le spécialiste des contenus et des médias annonce l’acquisition de 10,6 % des titres du Groupe Lagardère. Vivendi précise qu’il s’agit d’un placement financier à long terme témoignant de la confiance l’entreprise dans les perspectives de ce groupe français, fort de positions de leadership international dans ses principaux métiers et qui traverse, comme beaucoup d’autres, une période difficile.

PIERRE ET VACANCES

Pierre & Vacances a réalisé mardi soir son point d’activité au titre du premier semestre de son exercice 2019-2020 (clos fin mars). Ainsi, le spécialiste des villages de vacances et des résidences de tourisme a publié un chiffre d’affaires de 696 millions d’euros sur la période (selon son reporting opérationnel). Ce chiffre ressort en baisse de 5,7% par rapport à la même période de l’exercice précédent. Le chiffre d’affaires se répartit entre les activités touristiques (547,4 millions d’euros ; +0,7 %) et immobilières (148,6 millions d’euros ; -23,7 %).

Du côté des statistiques

En France, sera publié à 8h45 le climat des affaires d’avril. En zone euro, les investisseurs prendront connaissance de la confiance des consommateurs d’avril à 16h. Aux Etats-Unis, seront dévoilés les traditionnels stocks de pétrole à 16h30. Vers 8h20, l’euro grappille 0,05% à 1,0865 euro.

Hier à Paris

Les marchés actions européens sont repartis à la baisse. La volatilité était de mise alors que les bonnes nouvelles susceptibles de justifier une reprise tangible des cours manquent cruellement. Ainsi, l’annonce d’un spectaculaire rebond de la confiance des investisseurs allemands en avril n’a eu aucun impact sur des marchés qui s’inquiètent de la vertigineuse chute des cours du pétrole. A Paris, Total a accusé le coup tandis que Peugeot a résisté à la chute (moindre que prévu) de ses ventes trimestrielles. Le CAC 40 a cédé 3,77% à 4 357,46 points, l’Euro Stoxx 50 a perdu 3,6% à 2 803 points.

Hier à Wall Street

Les marchés actions américains ont de nouveau clôturé en territoire négatif mardi. La chute spectaculaire des cours du pétrole a une nouvelle fois pesé sur les indices. Ce climat d’aversion au risque a profité au compartiment obligataire, avec un rendement du 10 ans américain qui a reflué autour de 0,56 %. Dans un tel contexte, IBM, Coca-Cola et Lockheed Martin ont terminé dans le rouge après leur publication trimestrielle. Au son de la cloche, le Dow Jones a abandonné 2,67% à 23 018,88 points et le Nasdaq Composite a perdu 3,48% à 8 263,23 points.

>> Rejoignez le Club Capital des Boursicoteurs sur Facebook (cliquez sur l’image)

This content was originally published here.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif