Jean-Christophe Lagarde tente de se faire rembourser un Paris-Brest pour 1.500 euros !

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Une urgence qui coûte très cher… Consultée par Capital, la décision de la Commission nationale des comptes de campagne et du financement politique (CNCCFP) concernant Jean-Christophe Lagarde – tête de liste Union des démocrates indépendants (UDI) aux dernières élections européennes – fait état d’une dépense de “1.500 euros correspondant à un aller-retour Paris-Brest en taxi pour récupérer un document chez une candidate”. Selon l’ex-tête de liste, que Capital a contacté, il s’agissait en réalité d’un aller-retour réglé à un chauffeur, à la veille de la date limite du dépôt des candidatures au ministère de l’Intérieur. “Elle ne pouvait pas venir à Paris et nous ne pouvions pas aller à Brest non plus. En plus, il fallait un document original”, justifie-t-il.
Un compte de campagne à un peu moins de 2 millions d’euros, au total
Cette facture de 1.500 euros a été retoquée par la CNCCFP, car la dépense a été jugée non-éligible au remboursement par l’Etat. Une décision de pure forme. Et pour cause : créditée de moins de 3% des voix au soir du 26 mai, la liste menée par Jean-Christophe Lagarde n’a, de toute façon, pas eu droit au remboursement de ses dépenses de campagne par l’Etat. Soit un peu moins de 2 millions d’euros, au total. “Ça n’a donc rien changé”, insiste Jean-Christophe Lagarde. Qui précise : “Nous savions qu’il ne s’agissait pas d’une dépense électorale ‘remboursable’ au sens de la loi, mais nous l’avons mentionnée dans notre compte, au même titre que tous nos frais engagés lors de la campagne”.
Problème : l’article L.52-12 du Code électoral dispose que “seules les dépenses engagées ou effectuées en vue de l’élection et spécifiquement destinées à l’obtention des suffrages sont imputables au compte de campagne”. Le patron de l’UDI ne pouvait donc pas ignorer qu’en faisant figurer ce trajet Paris-Brest à son compte de campagne, il en sollicitait de fait un remboursement par l’Etat, en cas de score d’au moins 3%.
>> À lire aussi – Le RN de Marine Le Pen a-t-il gonflé ses dépenses de campagne des élections européennes pour “optimiser” son remboursement ?

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif