Immobilier : les prix explosent dans l’Ouest de la France – Capital.fr

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

A l’Ouest, rien de nouveau : les prix de la pierre semblent continuer à flamber, comme avant la crise ! Ils ont même atteint des records dans certaines régions, d’après les observations semestrielles du réseau Century 21. Sur les douze derniers mois, le prix moyen du mètre carré a ainsi grimpé de 2,3% en France pour les maisons, et de 3,1% pour les appartements. Les maisons se vendent désormais à 2.160 euros du mètre carré en moyenne, et à 3.638 euros pour un appartement. “Il s’agit de plus hauts historiques”, affirme Laurent Vimont, le président de Century 21. Une telle flambée, d’après le réseau d’agences immobilières, était prévisible par un effet de rattrapage post-confinement. “Non seulement un certain nombre de projets a été gelé. Mais en plus, de nouveaux ont émergé pendant le confinement”, explique son président. La pression sur les prix a donc été alimentée par une abondance de potentiels acheteurs. “Les acquéreurs étant nombreux, les vendeurs n’ont aucune raison d’accepter une offre trop basse”, insiste Century 21.

Des prix qui flambent dans le l’Ouest

Si l’on dissèque les prix région par région, on observe que la Bretagne, le Centre-Val de Loire et le Pays de la Loire ont connu les hausses les plus importantes sur les douze derniers mois. En Bretagne, le prix du mètre carré des maisons a grimpé en moyenne de 11,6%, et de 11% pour les appartements. L’inflation se révèle aussi particulièrement sévère en Pays de la Loire, avec des hausses moyennes de 6,3% sur les maisons et de 12,9% sur les appartements. Le Centre-Val de Loire a également connu des flambées similaires de prix . Le mètre carré y grimpe en moyenne de 10,3% pour les maisons et de 11,4% pour les appartements.

Si l’on se concentre sur les prix moyens des maisons, une seule région se trouve épargnée par l’inflation : la Nouvelle-Aquitaine. Le prix du mètre carré y diminue en moyenne de 0,8%, pour ce type de logement. En revanche, pour les appartements, deux autres régions (en plus de la Nouvelle-Aquitaine) enregistrent des baisses de prix : la Normandie (-3,1% en moyenne) et l’Auvergne-Rhône-Alpes (-1,3%).

Une inflation possiblement temporaire

Vous l’aurez compris, comparés au mois de juin 2019, les prix de l’immobilier n’ont globalement pas (encore) diminué. Pour autant, cette photographie flatteuse du marché à l’instant T ne présage pas de sa dynamique future… Au contraire, “il est possible que la hausse des prix soit contenue au second semestre”, pronostique Laurent Vimont. Le président de Century 21 le reconnaît lui-même, il faudra probablement attendre septembre pour pouvoir évaluer réellement les impacts du confinement. Parmi les paramètres qui seront à suivre de près pour les acheteurs : l’évolution du taux de chômage dans la ville ou la région, ou encore les futurs taux de crédit bancaire.

Les prix de l’immobilier partout en France

Entrez une adresse (exacte, avec le code postal) et découvrez le prix des biens immobiliers vendus ces dernières années. Pas de résultats si pas de transactions.

Plus d'articles

Dossier Exclusif Covid-19

Comment protéger son épargne et ses investissements après la crise du Covid-19.

Dossier exclusif avec:

Comparez le rendement d'un livret A, et un investissement alternatif.

Une fiche de calcul simple pour évaluer le potentiel de rendement d’un investissement alternatif